Entre mes mains le bonheur se faufile - A. Martin-Lugand

Publié le 21 Juin 2014

Entre mes mains le bonheur se faufile - A. Martin-Lugand

Depuis l enfance, Iris a une passion pour la couture. Dessiner des modèles, leur donner vie par la magie du fil et de l aiguille, voilà ce qui la rend heureuse. Mais ses parents n ont toujours vu dans ses ambitions qu un caprice : les chiffons, ce n est pas « convenable ». Et Iris, la mort dans l âme, s est résignée.
Aujourd hui, la jeune femme étouffe dans son carcan de province, son mari la délaisse, sa vie semble s être arrêtée. Mais une révélation va pousser Iris à reprendre en main son destin. Dans le tourbillon de Paris, elle va courir le risque de s ouvrir au monde et faire la rencontre de Marthe, égérie et mentor, troublante et autoritaire...
Portrait d une femme en quête de son identité, ce roman nous entraîne dans une aventure diabolique dont, comme son héroïne, le lecteur a du mal à se libé
rer.

Voilà une petite lecture légère et agréable permettant de passer un bon moment sans prise de tête, de quoi déconnecter l'espace de quelques heures avec ce roman entre les mains. Sur fond de "tous les rêves sont permis, il suffit d'y croire et de se bouger", ce livre se veut comme étant le récit de la "renaissance" d'une femme qui décide du jour au lendemain de quitter sa routine pour vivre sa passion, pour se libérer de son quotidien, mais dont le parcours parfait en apparence sera également source de souffrances.

que de travail depuis son premier roman! Autant j'ai détesté "Les gens heureux lisent et boivent du café", autant celui-ci je l'ai apprécié. Bien sûr ça reste très léger, assez fleur bleue et parfois cliché mais c'est agréable à lire. La plume de l'auteure est toute légère presque naïve et fait de son roman un récit plein de bons sentiments et d'espoir. J'ai bien du me l'avouer, les pages se sont tournées toutes seules parce que mine de rien on s'attache à cette femme et à son histoire, on a envie de suivre son entrée dans ce monde superficiel où elle se sent pousser des ailes (mais où elle les brûle aussi), on a envie ... de lire.

J'ai pris du plaisir à suivre cette héroïne, à la "regarder" se battre pour réaliser ses rêve. Parfois, le récit manque de naturel, c'est "trop gros", mais ça reste agréable telle une bonne lecture de vacances toute en fraîcheur et en simplicité au bord d'une piscine (ou entre deux piles de rapports, de correction). Merci aux Editions Michel Lafon pour ce partenariat aux allures de pause légère et agréable dans une période de rush intense!

Le hic? J'ai envie de ressortir ma machine à coudre et je ne serai sans doute pas la seule!

Rédigé par sophie

Publié dans #partenariat, #litté dite blanche

Repost 0
Commenter cet article