La tour - Cécile Duquenne

Publié le 19 Juin 2015

La tour - Cécile Duquenne

Jessica, 16 ans, se réveille dans un marécage artificiel aux dangers bien réels. Très vite, elle comprend qu'elle se trouve au sous-sol d'une étrange tour sans fenêtres, et que le seul moyen d'en sortir est de monter jusqu'au toit. Accompagnée de quelques autres jeunes, elle se lance dans l'ascension de sa vie, explorant chaque niveau, affrontant les dangers embusqués…
Et les révélations.
Car Jessica n'a plus aucun souvenir d’avant son arrivée ici. Ils lui reviennent par bribes, étage après étage, et plus elle en apprend, moins elle désire sortir – surtout que son pire ennemi se trouve à l’intérieur avec elle. Bientôt, l'envie de se venger prend le pas sur l'envie de s’échapper…
Et si en exhumant les secrets de son passé, Jessica levait aussi le voile sur la véritable f
onction de La Tour ?

Ecrire un roman en 3 jours sur base d'un défi? Quelle drôle d'idée ...

Virer vers l'auto-édition. Mais ? Pourquoi? ...

Un tout petit roman ? Oui mais pas tant que ça!

Que de bizarreries éditoriales autour de ce roman hors du commun tant sur le font que sur la forme! Bizarreries, bizarreries oui mais en même temps, n'est ce pas là le reflet de l'univers de Madame Duquenne, univers basé sur l'impulsivité et la force de ses personnages?

Bon quoiqu'il en soit elle fait ce qu'elle veut et avait d'excellentes raisons de le faire (accessibilité, défi perso, ...), et en plus elle le fait bien. Alors vous qui avez dégusté la saison 1 de "Bagne" (dont la 2 arrive dans 5 jours ... 5 petits jours), vous qui avez suivi la trilogie des nécrophiles, vous qui vous demandez "de quoi est-elle encore capable?", vous allez être servis. Hop c'est parti pour les explications.

La tour s'amuse comme une petite folle à torturer ses "occupants" mais elle ne s'arrête pas là. Lire le roman, c'est se retrouver enfermé soi-même dans ces murs singuliers. Une plume qui se joue de nous en nous plongeant dans un univers claustro-phobique à souhait. Une ascension de la tour sous haute tension, un univers où dénouer le vrai du faux devient impossible, une manipulation d'une centaine de pages. Bref une petite perle du genre où les références aux meilleurs titres du genre se multiplient pour livrer un court roman ado qui ne laisse pas de marbre. Intensité, tension, peurs intérieures et faux-semblants, comment résister à ce cocktail? Comment ne pas être happé par ce voyage vers la rédemption? Comment ne pas se laisser emporter dans ces murs? Impossible... Quant à la fin ouf: elle ne déçoit pas. Du premier mot au point final, tout se tient et s'enchaîne pour nous faire sombrer et c'est un délice.

Un petit numérique à petit prix que vous pouvez pré-commander ici: clic clic clic

Mon regret? me dire que certains ne passeront pas le cap de l'aspect "auto-édité" pour oser entrer en ces lieux sombres. Je vous avoue d'ailleurs que si j'ai franchi le pas, c'est uniquement lorsque j'ai vu le nom de l'auteur (ahhhh les préjugés ... c'est mal). Alors un souhait? Oui: celui de voir un jour son auteur lui offrir une seconde vie main dans la main avec un éditeur mais ça seul l'avenir le dira!

Merci à Cécile Duquenne pour sa confiance face à mon impatience :)

Rédigé par Sophie

Publié dans #ado - young adult, #partenariat

Repost 0
Commenter cet article