Les adeptes - Ingar JOHNSRUD

Publié le 22 Juin 2016

Les adeptes - Ingar JOHNSRUD

Pour le commissaire Fredrik Beier, l'affaire s'annonce comme une enquête de routine : la disparition d'Annette Wetre et de son petit garçon, membres d'une secte baptisée " La Lumière de Dieu ". À ce détail près que cette disparition a été signalée par la mère d'Annette, une femme politique très en vue chez les démocrates-chrétiens. Et que ladite Lumière de Dieu, engagée dans une vendetta religieuse contre l'islam, sert de paravent à de monstrueuses expérimentations sur des sujets humains, visant à perpétuer la race blanche...
Bientôt l'enquête menace de devenir une affaire d'État susceptible de lever le voile sur les connivences passées entre la Norvège et l'Allemagne nazie. Rien ne sera épargné à Fredrik Beier et à sa partenaire, l'étonnante Kafa Iqbal. Tous deux pris dans un cauchemar éveillé, ils s'apprêtent à voir vaciller leurs dernières certitud
es.

Le voici le voilà le roman de la nouvelle étoile montante du polar norvégien. Diantre, c'est sérieux? Non parce que polar nordique on s'attend à de grosses surprises, surtout si en plus on vous en parle comme du nouveau Nesbo, alors les mains s'agitent, les yeux frétillent (surtout devant la couverture attirante). Et puis non ...

J'ai eu beaucoup de mal à entrer dans l'histoire. Je ne vais pas critiquer la difficulté de certains noms de personnages, ils sont norvégiens aussi Auguste, Paul et Louis n'auraient pas été des choix crédibles. Non, je parlerais plutôt d'un manque de naturel, d'un manque de ce petit je ne sais quoi qui font que les acteurs font partie de votre moment lecture et vous entraînent à leur suite. Oui, vraiment, je les ai trouvés froids (comme un fjord ahahah c'était trop simple), distants, et peu convaincants.

L'intrigue? Un sujet intéressant voire qui peu se révéler passionnant (soyons réalistes, les communautés religieuses déjantées restent des valeurs sûres), mais clairement ici ça ne fait pas le job (et ça ma pauvre chérie pas possible ça devait, ça devait bon sang!). Du coup, reste la bonne vieille méthode du "si j'ai pas de tension hors norme pour maintenir mon lecteur appâtons le avec de l'hémoglobine". Mais non allez quoi! Vous me connaissez, "du sang des boyaux de la rate et du cerveau" ça passe si ça sert l'histoire et si il y a une bonne raison, là ...

Après on ne va pas se mentir, ça diverti, et c'est une bonne idée de lecture en cas de canicule, à force de soupirer on se rafraîchit. Oh ça c'était vraiment vilain de ma part (pardonnez-moi je suis en mode "aigrie"), mais franchement le moment passé n'était pas à la hauteurs des espérances folles procurées par le pitch. Je suis ressortie déçue, mitigée et sur ma faim. Mais je vous l'ai dit je suis en mode aigrie et des fans il y a ... Sans doute des lecteurs qui ont réussi à pousser la réflexion de lecture plus loin que moi ? Certains citant notamment la dénonciation de l'intégrisme par exemple.

Faites vous votre avis et revenez en parler je suis curieuse de savoir ce que vous en pensez et si c'est moi qui suis passée à coté de quelque chose.

D'ici là, merci Bablio et La bête noire pour ce moment lecture!

tous les livres sur Babelio.com

Rédigé par Sophie

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article