La compagnie des artistes - Chris Womersley

Publié le 12 Avril 2016

La compagnie des artistes - Chris Womersley

Tom, dix-huit ans, a quitté sa campagne natale pour étudier à l'université de Melbourne. Envoûté par l'énergie qui fait vibrer la capitale culturelle et artistique de l'Australie dans ces années 1980, il découvre " Cairo ", la résidence Art nouveau quelque peu décrépite où il emménage dans un appartement dont ses parents ont hérité. Aussitôt, le jeune homme est adopté par une singulière colonie d'artistes. L'un d'eux, Max Cheever, musicien fantasque, bohème et anarchiste, va tout lui apprendre. Premières amours, premiers méfaits ... et première arnaque autour d'un des plus célèbres tableaux du XXe siècle. Tom en sera transformé à jamais. Mais il en tirera une cruelle leçon : il faut toujours s'efforcer de distinguer le vrai du faux. Dans ce roman d'apprentissage au suspense psychologique captivant, l'auteur de La Mauvaise pente et des Affligés réussit un saisissant portrait d'une jeunesse excentrique au seuil de l'âge adulte, face aux illusions et aux déceptions qui l'accompagnent.

Bon ... Je sens que sur ce coup-ci je vais encore me faire des amis. Je me prépare à recevoir les tomates j'encaisserai avec courage.

Pour moi, ce livre est tout un paradoxe et toute une source de questionnement. En effet, comment est-il possible de s'ennuyer avec une si belle plume ? Parce que oui: je me suis ennuyée. La plume pourtant est si belle. Sensible, précise, justement dosée, de belles phrases, vraiment agréable à lire je vous l'assure mais ... il ne se passe rien. Rien je vous dis! Et quand le récit semble vouloir décoller, ça retombe très vite, un peu comme ci l'auteur avait le choix de la retenue (ce qui remarquez est peut-être le cas). Du coup? Et bien du coup tout est trop posé, trop linéaire. Je n'ai pas trouvé le suspens psychologique promis, je n'ai pas trouvé la jeunesse excentrique décrite dans le pitch.

Alors je vous vois me demander "mais dis moi tu es malade ? tu n'es pas emballée mais aucune boutade rien dans ton billet". Rassurez-vous je vais bien. Simplement qu'au delà du fait que je me suis ennuyée, je ne peux nier qu'il y a derrière cela une plume, une plume incroyable qui peut être redoutable, et qui est surtout travaillée.

Malgré que la sauce n'ait pas pris avec moi, je dois bien vous avouer que je suis contente de l'avoir lu parce que au delà de l'ennui ressenti, il y a eu une forme de plaisir quoiqu'on en dise.

Merci à Babelio et aux éditions Albin Michel pour la découverte.

Rédigé par Sophie

Repost 0
Commenter cet article