Tartes aux pommes et fin du monde - Guillaume Siaudeau

Publié le 9 Septembre 2013

Tartes aux pommes et fin du monde - Guillaume Siaudeau

Quel récit étonnant que ce « Tartes aux pommes et fin du monde »

« Dans une ville de province aux faux airs de Far West un garçon tendre et curieux découvre qu’il n’est pas le seul à se sentir isolé.

Un garçon et une fille s’éprennent tandis que la caissière cherche laborieusement le code-barres d’une boîte de maquereaux. Il s’attache à un collègue en manutentionnant des palettes de conserves pour animaux. Puis il remercie la propriétaire de son petit appartement pour la tarte aux pommes qu’elle lui apporte. En un mot il apprécie la vie telle qu’elle est. Mais, s’il a bien compris que les chiens ne volent pas contrairement aux claques il ignore encore l’usage que l’on peut faire d’un revolv
er. »

Tout d’abord je voudrais commencer par une petite remarque purement matérielle : le livre au sens « objet » du terme ne sert pas le roman … En effet, si je paye 14 euros pour un grand format, j’aime ne pas avoir l’impression que les pages vont se décoller si je l’ouvre réellement ni avoir une odeur de poussière au lieu de la merveilleuse senteur du livre neuf. Voilà qui est dit pour l’aspect matériel de la chose, passons à ce que le contenant contient.

Je me suis de prime abord sentie dérangée par le style … Une impression de langage simple limite de la phrase enfantine pour un narrateur / héro qui semble pourtant un homme bel et bien adulte. Mais en fait, ce style à tout son sens que l’on découvre au fil des pages. Et c’est justement là que, selon moi, l’auteur a fait preuve d’intelligence, parce que étant donné que son roman est découpé en tous petits chapitres, on tourne quasi automatiquement la page, une frénésie du « et après » due à la taille des fragments du bouquin. Du coup, l’évidence saute aux yeux, ce style a tout fait du sens, mais si j’en dis plus je vire au spoiler et ce serait priver des lecteurs potentiels de découvrir ce fragment de vie singulier. Pourquoi fragment de vie ? Tout simplement parce nous ne sommes pas face à une histoire avec un début, un développement et une fin (même ouverte), mais bien face à une tranche de vie d’un personnage.

Ce petit roman (137 pages), a également la bonne idée de vous inviter à la réflexion face à ce personnage quelque peu singulier (pourtant ordinaire) et sa chute dans la folie, avec en arrière fond un débat sur …. les armes et le sentiment qu’elles procurent.

Pour conclure mon billet, je qualifierais ce roman de petite œuvre subtile qui m’a fait passer un bon moment, une lecture à deux niveau (la « simple » lecture, et l’analyse du personnage) qui, pour un premier roman d’un jeune auteur (je peux le qualifier de jeune, il a un an de moins que moi^^) est une petite réussite au style particulier. Entendez par là : on aime ou on aime pas …

Rédigé par Sophie

Repost 0
Commenter cet article

eulimene 09/09/2013 22:36

Il ne m'inspire pas trop non plus, je ne sais même pas vraiment pourquoi ! Heureusement que ce n'est pas le cas de tout le monde :)

sophie 10/09/2013 01:51

c'est le genre de chose qui m'est déjà arrivé .... comme en ce moment avec "les évaporés" pour lequel je ne cesse de lire des critiques plus que positives et rien à faire (et un autre donc je ne sais plus le titre) ;)

sophie 09/09/2013 20:13

bah on aime ou on aime pas ;) mais c'est un style que j'aime encore bien moi

denis 09/09/2013 20:07

pas très envie de lire ce livre

sophie 09/09/2013 20:04

et j'ai oublié une précision: cette lecture s'inscrit dans le cadre du challenge 1% lecture numéro 4