Paranoïa - Melissa Bellevigne

Publié le 22 Mai 2016

Paranoïa - Melissa Bellevigne

Lisa Hernest, psychiatre reconnue et spécialisée dans les cas complexes, est appelée à l'institut Saint-Vincent en périphérie de Paris. Elle va rencontrer sa nouvelle patiente : Judy Desforêt, internée pour paranoïa et hallucinations, enceinte de cinq mois et qui refuse de s'alimenter. Dès leur première entrevue, la jeune femme qui se dresse face à elle fait preuve d'une lucidité et d'un discernement hors pair. Et plus Lisa apprend à la connaître, plus leurs échanges viennent ébranler ses propres convictions professionnelles et personnelles. Entretien après entretien, Judy lui livre en effet une curieuse histoire, mêlant sa quête des racines familiales en Angleterre et la présence invisible d'un certain Alwyn, cet homme qui la suit comme son ombre depuis toujours. Progressivement, Lisa, l'experte en âmes fragiles, sent ses moyens lui échapper et Judy la déstabiliser. À mesure que les mois passent et que la date de l'accouchement approche, la vérité semble s'éloigner.

Quand j'ai pris le bouquin dans mes mains (après m'être dit "waw la couverture!"), je me suis dit "yeah enfin du young adult qui n'est pas une trilogie". Après l'avoir refermé, je me suis dit "merde ce n'était pas une trilogie".

Ce bouquin est un vrai page turner. Une fois dedans on en sort plus (vous auriez du me voir au bord de l'hystérie quand ON a osé m'interrompre à 15 pages de la fin). La thématique est originale et surtout prenante. En effet, la plume nous offre un savant mélange de raison et de déraison, de passé et de présent, de folie et de sagesse. Un cocktail détonnant qui ne peut que marcher (et qui marche). Les personnages sont quant à eux à l'image de l'intrigue: réussis. Deux femmes touchantes que tout séparent à la croisée des chemins, quand l'une doit sauver l'autre en ne sachant pas elle-même si elle sortira la tête de l'eau, de quoi mettre en place en relation complexe et intéressante pour ajouter du piment aux pages. Enfin Alwyn, personnage principal masculin, illusion ou vérité? La question se pose tout au long de ce roman où le paranormal vient se mêler au terre à terre pour finir de nous plonger dans le doute?

Après toutes ses éloges, mais pourquoi je râle ? Je râle parce que le tout est expédié faisant dès lors souffrir le roman d'un manque de richesse. Et c'est dommage parce que je suis persuadée que si le tout était plus creusé, plus profond, plus détaillé, nous nous serions retrouvé face à un roman dont le succès et la qualité n'aurait rien eu à envier aux grands noms du genre. Pas toujours facile me direz-vous? Je suis bien d'accord mais là, il y avait matière à! Entre la relation thérapeutique, les voyages dans les souvenirs, le devenir de chacun, oui il y avait de quoi creuser, de quoi développer, et de quoi nous offrir au moins deux tomes riches et puissants. Bref, au final même si j'ai savouré ma lecture, même si il me fut très difficile de la déposer quand je le devais, je reste sur ma faim et aurait voulu plus de détails, plus d'histoires, et ne pas me retrouver face à une liste de bonnes idées à exploiter.

Dites Madame Bellevigne, une petite trilogie aussi succulente, c'est possible ?

Rédigé par Sophie

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article