Maestra - L. S. Hilton

Publié le 20 Avril 2016

Maestra - L. S. Hilton

Le jour, Judith Rashleigh est assistante dans un hôtel de ventes aux enchères londonien qui l'exploite malgré ses diplômes et son talent. La nuit, elle officie dans un bar à hôtesses où elle séduit sans effort.
Judith sait qu'elle doit jouer le jeu. Pour faire carrière et pour charmer les hommes, elle a appris à être une gentille fille... Jusqu'à ce qu'elle découvre une gigantesque escroquerie autour d'une fausse toile de maître. Licenciée avant d'avoir pu faire éclater le scandale, Judith décide de fuir avec un riche client sur la Côte d'Azur. Là-bas, un monde décadent et corrompu les attend. Là-bas, elle goûtera à la vengeance. La gentille fille deviendra femme fatal
e.

La curiosité est un vilain défaut et à nouveau je me suis faite avoir (bang le ton est donné).

Maestra ... Maestra ... Présenté comme le thriller le plus original ect ect ect .... Et bien mes amis je déchante je déchante.

Pour résumer la situation ? Et si Anastasia Steel avait été un minimum culturée ? Parce que oui voilà l'attrait principal du roman: tenter de rendre l'héroïne un peu moins cruche (ce qui ceci dit entre nous n'était pas bien dur) que celle d'une autre trilogie à succès (que j'ai détestée elle aussi). Prenons donc une experte dans le domaine de l'art, imaginons là en tailleur talons aiguilles (ça c est pour émoustiller), trouvons lui une vieille copine sortie de nulle part, un soutif en dentelle et un reluquage plus tard là voilà employée dans un endroit douteux où tous les fantasmes sont permis.
La bonne nouvelle? Pas de déesse intérieure, pas de mordillage de lèvre, pas de tic chiant bref on nous a au moins épargné ça.

C'est pas tout ça mais avançons ...

Une intrigue sur base de corruption et de faussaires (avouez c'est quand même un peu plus classe que l'autre qui parle à sa queue), pimentée par des scènes hot aux répliques cultes (et ce dès les premières pages ( "Alors c'est comme ça que ça fonctionne?" - "oui c'est comme ça" nous voilà prévenus tiens), de quoi être tenu en haleine s'ennuyer sur quelques pages.

Vraiment je vais être bien vilaine (le mot vilaine était drôle non vu le sujet ?), ce bouquin tente pour moi de surfer sur la vague de succès des romans érotiques en ajoutant le versant thriller pour rameuter plus de populasse. Et à mes yeux ça na pas pris. Purement commercial et c'est bien dommage.

Mais ... Mais pas de panique parce que malgré que je sois un être chiant / râleur / méprisant (je m'auto flagelle pas besoin de balancer des tomates je l'ai fait toute seule), je sais que ça se lit facilement, sans prise de tête, au bord d'une piscine l'été, et que ce bouquin sera sans aucun doute le summer thriller de beaucoup de lecteurs (et en plus deux autres vont suivre que demande le peuple ?).

A vous de vous faire votre opinion!

Merci à Netgalley et à la Bête noire pour la découverte.

Rédigé par Sophie

Repost 0
Commenter cet article