Pretty girls - Karin Slaughter

Publié le 3 Mars 2016

Pretty girls - Karin Slaughter

Deux sœurs. Deux étrangères.
Plus de vingt ans auparavant, Julia a disparu à seize ans sans laisser de trace. Depuis, Claire et Lydia, ses sœurs, ne se sont plus parlé. Seule la haine farouche qu’elles nourrissent l’une pour l’autre les rapproche encore. La haine, et le désespoir : jamais elles ne se sont remises de la tragédie qui a fracassé leur famille. Deux événements violents vont venir cruellement raviver leurs blessures mais aussi les obliger à se confronter : l’assassinat du mari de Claire, et la disparition d’une adolescente.
A tant d’années de distance, ces événements ont-ils un lien quelconque avec Julia ? Lasses de se faire la guerre, Claire et Lydia plongent dans la noirceur du passé familial. Une spirale sangl
ante...

Elle m'entraîne au bout de la nuit la brique qui fait frémir .... Oui je chante seule oui oui oui la démence tout ça ... mais non du tout ! La satisfaction d'avoir avalé un tout bon thriller.

Pretty girls a tout eu pour me tenir dans ses pages: du suspens, des non-dits, une famille vénéneuse, une vérité à ne pas dire mais qui sera dite. Tout , tout et du tout bon.

Une plume addictive qui tisse sa toile autour du lecteur. Ça commence doucement mine de rien en jouant subtilement sur les émotions. Le coeur palpite, l'estomac se serre et l'envie de savoir s'installe, et ce ... même si savoir est pire. Oui mine de rien la gentille lectrice que je suis s'est laissée emportée pour au final faire son Alice au pays des merveilles, c'est à dire me laisser tomber dans "le trou", me laisser happer par uns spirale infernale, me retrouver prisonnière du venin distillé par l'auteure.

Bon dieu que c'était bon!

Bon dieu que c'est agréable de se dire que des plumes aussi dérangées existent encore. Prenez cette remarque dans un sens positif, mais avouez ... pour être auteur de thriller il ne faut pas être très net. Ça coule, ça coule on se laisse emporter par le torrent de pages on les avale, on se les prend en pleine figure, c'est un délice. Ah oui mais pour cela ... il faut aimer se laisser mener par une atmosphère, parce que le secret de ce roman, c'est le travail d'ambiance. Tout devient lourd, oppressant, tout le monde a quelque chose à cacher et quelque chose à découvrir. Un travail des personnages qui frise le parfait, un passé familial qui vous étouffe autant que les protagonistes du bouquin.

Bref, vous l'avez sans doute compris je ne peux que remercier Babelio et les éditions Mosaïc pour la découverte de ce roman qui n'est pas grand uniquement de par son nombre de pages ...

tous les livres sur Babelio.com

Rédigé par Sophie

Repost 0
Commenter cet article

Mélopée 03/03/2016 17:01

Waw, ton enthousiasme est tout à fait contagieux ! Je ne suis pas très policiers mais là je crois que j'aurais de quoi flancher vu les arguments !

Sophie 04/03/2016 06:46

celui la et "coeur de lapin" (chroniqué il y a quelques semaines) sont faits pour amener les non acquis à la cause à aimer le genre ;)