Tous nos jours parfaits - Jennifer Niven

Publié le 12 Novembre 2015

Tous nos jours parfaits - Jennifer Niven

Quand Violet et Finch se rencontrent, ils sont au bord du vide, en haut du clocher du lycée, décidés à en finir avec la vie. Finch est la "bête curieuse" de l'école. Il oscille entre les périodes d'accablement, dominées par des idées morbides et les phases "d'éveil" où il déborde d'énergie. De son côté, Violet avait tout pour elle. Mais neuf mois plus tôt, sa sœur adorée est morte dans un accident de voiture. La survivante a perdu pied, s'est isolée et s'est laissée submerger par la culpabilité. Pour Violet et Finch, c'est le début d'une histoire d'amour bouleversante : l'histoire d'une fille qui réapprend à vivre avec un garçon qui veut mourir.

Après Augustus et Hazel.

Après Eleanor et Park
Il y aura dans la catégorie "couple en détresse attachants" Finch et Violet. Je suis restée sous le charme / le choc de ce roman après l'avoir refermé. Je n'en revenais pas d'avoir lu des pages si belles, si tristes, si joyeuses, si ...

J'avoue avoir tout d'abord craqué pour sa jolie couverture et ne pas avoir pour autant été convaincue par le pitch (avec la petite crainte de lire un roman trop guimauve, trop gentil, trop simple). Et pourtant quel roman (oui je l'ai déjà dit et alors ?). Je me suis assez vite attachée à Finch (un peu trop d'ailleurs), ai pris le temps de cerner Violet, et me suis laissée porter par cette histoire qui a le don de vous faire ressentir deux émotions opposées en même temps.

La plume court seule sur le papier, le récit s'écoule tranquillement, et le temps défile l'air de rien. Oh bien sûr il faut aimer les récits du genre, bien sûr certains (dont moi) seront touchés plus que d'autres par la problématique abordée, mais bon sang je le répète encore, quel moment incroyable j'ai passé avec ce bouquin entre les mains.

Là quelques jours après lecture? Je pense toujours à eux, ils me poursuivent encore ...

Je vais attendre avec grande impatience le prochain écrit de cette auteure qui pourrait avoir des gênes communs avec un ceratins John tant leurs plumes sensibles se ressemblent.

Rédigé par Sophie

Repost 0
Commenter cet article

Scarlett Julie 13/11/2015 10:38

Hummmm, ce n'est pas bien de me tenter comme ça :D

Scarlett Julie 13/11/2015 10:34

Hummmm, ce n'est pas bien de me tenter comme ça :D

Charabistouilles 12/11/2015 15:37

Pour une fois, la comparaison à John Green n'est pas usurpée ! Moi aussi je trouve qu'ils ont la mm sensibilité pour parler des failles de l'adolescence... Je compte lire Eleanor & Park ce mois-ci, je prépare des mouchoirs aussi alors ??

Sophie 12/11/2015 15:50

oui ... mais ca vaut la peine de se moucher :)