La dernière nuit du Raïs - Yasmina Khadra

Publié le 20 Octobre 2015

La dernière nuit du Raïs - Yasmina Khadra

" Longtemps j'ai cru incarner une nation et mettre les puissants de ce monde à genoux. J'étais la légende faite homme. Les idoles et les poètes me mangeaient dans la main. Aujourd'hui, je n'ai à léguer à mes héritiers que ce livre qui relate les dernières heures de ma fabuleuse existence. Lequel, du visionnaire tyrannique ou du Bédouin indomptable, l'Histoire retiendra-t-elle ? Pour moi, la question ne se pose même pas puisque l'on n'est que ce que les autres voudraient que l'on soit. "

Il y a des romans qui vous marquent, qui vous travaillent, et il y a ce roman.

Une fois de plus, Khadra se révèle en maître des mots et se joue de nos sentiments titillant sans cesse l'humanité qui nous anime ainsi que celle qui sommeille en nous. Mais que qu'est ce que je veux dire par là ? Je veux dire que je me suis perdue moi-même dans mes propres sentiments en parcourant les pages de ce bouquin.

L'auteur joue avec les mots, avec les personnages. Le tyran sanguinaire et manipulateur était-il donc capable de faire preuve d'humanité? Etait-il donc capable de ressentir quelque chose ? Voilà la question que je me suis posée sans arrêt.

Le roman retrace les derniers instants de Kadhafi, aucun suspens sur l'histoire qui nous est livrée. Mais pour ce faire, l'auteur a fait le choix de "prêter sa plume "au tyran et c'est là que le récit devient (très) intéressant. Nous découvrons un homme certes détestable mais un homme. Il se livre, il est en fuite, il se pense intouchable et fini par se rendre compte du contraire. Il avance dans sa dernière fuite, en profite pour un dernier "coup de manipulation", il se fait traquer comme un animal (au nom de tout ceux qu'il a lui même traqué). Le récit est prenant (je vous entend "normal c'est Khadra"), le lecteur est pris d'une fascination quasi obsessionnelle qui force à tourner les pages, qui force à en savoir plus (oui parce que personnellement j'ai appris des choses), qui amène enfin à un total chamboulement. Total chamboulement? Oui parce que et c'est là que réside le dernier tour de force de l'auteur ... il en faut du génie pour amener un lecteur à éprouver un soupçon d'humanité pour un tyran, pour amener le lecteur à être totalement perdu , et pour amener le lecteur à se poser des semaines après la lectures des tas de questions sur ce qu'il a lu.

Interpellant n'est-ce pas ? Oui et je pense que c'était l'intention première de Khadra: interpeller, choquer, désarçonner, pour amener à réfléchir ... Un roman incontournable de cette rentrée!

Rédigé par Sophie

Repost 0
Commenter cet article