Camille, mon envolée - Sophie Daull

Publié le 18 Octobre 2015

Camille, mon envolée - Sophie Daull

Dans les semaines qui ont suivi la mort de sa fille Camille, 16 ans, emportée une veille de Noël après quatre jours d'une fièvre sidérante, Sophie Daull a commencé à écrire. Ecrire pour ne pas oublier Camille, son regard "franc, droit, lumineux", les moments de complicité, les engueulades, les fous rires ; l'après, le vide, l'organisation des adieux, les ados qu'il faut consoler, les autres dont les gestes apaisent... Ecrire pour rester debout, pour vivre quelques heures chaque jour en compagnie de l'enfant disparue, pour endiguer le raz de marée des pensées menaçantes.

Après des semaines, peut-être même des mois de "mise en veille" du blog, j'ai décidé aujourd'hui de le "réactiver" (enfin entendez par là mon petit tyran de 5 semaines accepte de faire une petite sieste dans l'écharpe pendant que ses frères et soeurs sont sages je vous assure ça en devient même inquiétant). Edit: 2h plus tard ils sont punis après bagarre et autres bêtises , tout rentre dans l'ordre.

Plus sérieusement, ce bouquin une fois fini m'a redonné l'envie d'écrire, de vous livrer mes impressions, sans doute parce qu'il m'a fait hurler intérieurement. Entendez par là le coup de "la lecture lue au mauvais moment" oui mais la lecture qui remue et nous rebalance à la tête que tout cela n'est pas une fiction, que tout cela arrive, même à ceux qui nous sont proches.

Sophie Daull, en mère brisée prend la plume pour faire son deuil, pour évacuer sa peine, sa rage, mais aussi tout son amour maternel . Elle écrit pour raconter les derniers jours de sa fille sur terre (je ne dirai pas en vie mais bien "sur terre" ce que vous comprendrez à la lecture). Le récit prend au coeur, les sentiments sont livrés de but en blanc, sans faux semblant, sans effet de style. Les mots coulent un peu de la même façon que si nous prenions le temps de nous asseoir à côté de cette maman brisée, pour un peu j'entendais son rire nerveux ponctuer les phrases.

Pourtant? Pourtant aucune note de misérabilisme, aucun passage larmoyant gratuitement, rien de tout ça ... Des mots, de simples mots, qui n'ont pas étés choisis, qui n'ont pas étés pesés, mais qui ont étés déposés de la même façon que l'on déposerait quelques fleurs sur une tombe.

Un hommage à cette jeune fille de 16 ans ? Oui mais aussi un cris de rage ... Cris que je vais relayer parce que cette histoire, des amis proches l'ont vécue avec leur petit garçon. Aujourd'hui une très belle étoile brille dans le ciel. Oui mais voilà, cette étoile c'est celle d'un petit gars qui allait avoir trois ans, qui aujourd'hui en aurait neuf, et qui lui aussi est parti parce que les médecins savaient ... Parce qu'ils n'ont pas écouté la maman qui le leur répétait sans cesse que son fils n'allait pas bien. Tout comme Camille .... Alors ne faisons pas de généralités, des praticiens humains et à l'écoute j'en connais et savoure ma chance de les connaître. Pour les autres, j'ai juste envie de répéter une fois de plus que les choses iront mieux quand certains écouteront plus les parents .

Ce bouquin je l'ai refermé touchée, remuée, révoltée ....

Un récit touchant sur un deuil impossible à faire

Rédigé par Sophie

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article