Rose Morte - Céline Landressie

Publié le 9 Juillet 2015

Rose Morte - Céline Landressie

France, fin du XVIe siècle. Rose, unique héritière du comte Greer, est une jeune femme au caractère bien trempé. Mais son père, craignant pour son avenir, désire à tout prix la marier. C'est en essayant de se soustraire à ce destin qu'elle va faire la connaissance d'Artus de Janlys. Immédiatement sous le charme du fascinant comte, la jeune femme va être propulsée dans un univers de dangers et de mystères, où les meurtres abjects qui terrifient la capitale trouveront une explication incroyable et pourtant bien réelle...

Le début de ce roman fut pour moi un film d'horreur (euh y a du second degré là hein ne fuyez pas le livre): l'héroïne se prénomme Eileen, a un caractère épouvantable, et ses parents n'arrivent pas à la marier. Comment ça on arrive pas à marier l'Eileen à l'affreux caractère ? Pas de blague Mme Landressie! Je vous trouvais fort sympathique lors de notre rencontre aux Imaginales mais à me faire des frayeurs pareilles je vous expédierais bien la mienne en colis express d'Eileen à l'affreux caractère! Ah ça nul doute, l'étude du personnage au niveau prénom a été faite: j'ai bel et bien retrouvée ma furie alias S.A.R. pour les intimes (mais dites moi que MOI j'arriverai à la marier).

Rose Morte ou le roman polémique ... Celui qui a déchaîné les passions sur les réseaux sociaux et l'Homme sans nom ...

Oui mais surtout Rose Morte ce roman pas parfait (un ptit travail édito de la part de l'éditeur premier aurait été bienvenu mais ça ...) mais qui reste cependant très intéressant, tout du moins à mes yeux car j'avouel' avoir beaucoup aimé malgré ses défauts dont je vous parlerai par la suite.

Dans un premier temps, j'ai été désarçonnée. J'attendais de la bit-lit pure de dure et durant un peu plus de la moitié j'ai surtout été face à une romance sur le thème des jeunes filles de bonnes familles devant faire un bon mariage sous le regard plus intéressé qu'attendri de leurs aïeux. Minauderies et coups foireux pour échapper à la destinée de la jeune mariée jusqu'à ce qu'arrive le beau ténébreux que l'on attendait pas. Ça j'adore évidemment mais ... n'étais-ce pas prendre le risque de faire fuir les allergiques au genre? Parce que là où moi je m'éclatais, je ne pouvais m'imaginer certains cop blogueurs dégainant zyrtec et autres antihistaminiques.

Sinon je disais qu'arrivait le beau ténébreux et là youpie tralala ça mord ça vire créatures pas sympa vivant la nuit et ahhhhh nous y voilà dans le fin fond de l'histoire. Mais ? Mais ça reste gentil. Si vous vous attendiez à Anita Blake et son armada de jouets tuant du vampire à tour de bras vous avez du être déçus! Par contre moi (oui moi moi moi et encore moi), j'ai beaucoup aimé ce mélange de belles dames et de gentleman réservés, avec de belles manières, de la bienséance et tout le toutim dans un univers où surnaturels et êtres pas forcément sympathique cherchent à se voler la vedette en jouant à qui fera le plus peur à l'autre. Pour faire court ? Une romance historique version bit-lit et là moi je dis OUI OUI OUI et encore OUI.

Après, il y a les défauts parce que malheureusement il y en a. La plume de l'auteur a quelque chose de captivant. Elle sait trouver la façon de jongler avec deux genres bien opposés pour donner à l'ensemble un caractère qui m'a vraiment impressionnée et passionnée. Mais quelques maladresses sont là et bien là. Première chose m'ayant dérangée: la dénomination de l'héroïne. Je n'ai rien contre les demoiselles ayant préféré un pseudo à leur prénom (pourtant le sien est fort joli), mais il faudrait savoir ... c'est soit Eileen soit Rose surtout dans une seule et même phrase.

Autre chose m'ayant également dérangée: un souci de structure. De longs chapitres, voire de très longs chapitres sans aucune pause à l'intérieur. Des longs chapitres de parfois un peu moins de 100 pages sans la moindre petite pause. Malheureusement ça alourdi l'ensemble, donnant une impression de longueur, et pouvant décourager. Ajoutez à cela que je suis une maniaque du "je ne peux pas fermer mon livre au milieu de mon chapitre", je ne vous raconte pas la frustration (non mais j'aurais pu finir par enfermer les mômes en fait, faut aussi penser à ça ! mais je suis une bonne mère ils ont gagné et j'ai plus d'une fois du revenir en arrière pour cause de fil perdu).

Et des longueurs, oui j'en parlais ... certains passages auraient pu sauter (et alléger les chapitres ahahahah) et n'étaient pas vraiment nécessaires mais rien d'imaprdonnable.

Bref l'éternel soucis du roman dont les droits poches ont étés achetés après une sortie grand format ailleurs, le texte ne sera pas retravaillé (et là on en profite pour dire "mais allez quoi monsieur l'éditeur de la première version, pourquoi ne pas avoir cherché à sortir un roman parfait alors qu'on en était pas loin ?"). Mais la bonne nouvelle ? La bonne nouvelle c'est que l'on tient là une plume originale et très intéressante (pensez-vous je ne vais pas dire le contraire elle allie deux genres que j'affectionne) qui, si elle trouve la bonne équipe pour l'entourer et l'encourager, devrait nous sortir des très bonnes choses (oh ouiiiiiiiiiiiiiii).

Maintenant j'ai envie de lire la suite, de savoir ce que deviendront mes chers personnages. Alors la sortir du tome 2 chez Milady c'est pour quand ?

Rédigé par Sophie

Publié dans #bit-lit

Repost 0
Commenter cet article