Dieu surfe au pays basque - Harold Cobert

Publié le 6 Juillet 2015

Dieu surfe au pays basque - Harold Cobert

De cette romance estivale sur fond de plages sauvages et de balades en scooter naît une histoire d'amour, et un désir d'enfant. Le jeune couple parviendra-t-il à conjurer les coups du destin, à préserver l'ivresse des débuts ? Des souvenirs heureux aux épreuves du présent, Harold Cobert explore la vie conjugale du point de vue masculin. Mêlant dérision et tendresse, son échographie d'un père n'esquive rien, ni l'appréhension de la paternité ni la tragédie de la perte de l'enfant à naître.

Hier après-midi, j'ai eu un coup de coeur. Un coup au coeur. Une avalanche d'émotions. Je ne pouvais attendre plus pour vous en parler.

La plume de Cobert, je l'ai découverte avec "Lignes brisées", rappelez-vous cette jolie romance sur fond de rendez-vous manqué.

Avec ce dieu qui surfe, j'ai redécouvert la magnifique plume de l'auteur sous un autre jour, un jour jouant plus sur les émotions fortes en exploitant des thèmes délicats: la perte d'un enfant, qu'il soit nouveau-né ou à naître (les deux sont abordés), le deuil parental et la reconstruction. Pfiou quel programme ... En effet quel programme, mais traité d'une manière qui relève du génie (oui carrément et rien à voir avec les yeux de l'auteur promis juré). J'ose y aller dans une comparaison de l'extrême? Soyons fous allons-y ... Bien sûr ce n'est pas du tout la même plume ne nous méprenons pas, mais j'ose dire franco que dans ce roman, Mr Cobert se joue des sentiments humains comme le faisait Zweig en son temps. Pas de faux mélodrames, des mots justes, des émotions posées en toute pudeur, de la rage au coeur et de la peur au ventre. Rien n'est plus fragile qu'une jeune vie et rien n'est plus précieux, et c'est constamment que ce jeune couple nous donne l'impression de manipuler la substance la plus délicate qui soit. Ils construisent, subissent, perdent, se reconstruisent, surmontent, mais toujours avec pudeur, avec amour (et humour parfois). Ils sont le reflet de la vraie vie en donnant la parole à leur coeur, y compris et surtout au coeur du père que l'on oublie souvent dans des moments pareils.

Ce jeune père qui se cache face à sa douce qu'il veut la préserver, qui garde la face comme il peut, qui mène la barque le temps qu'il faudra. Si seulement j'avais eu ce livre en mains il y a 8 ans ... Cette jeune maman brisée par la vie deux fois dans deux mesures différentes mais toutes aussi dramatiques. Qui se relève, qui vit (ou survit), qui éclate aussi. Pas de mélo, que des mots posés, justes, captivants, saisissants, et qui arrivent à toucher là pile ou ça doit aller.

Un tout petit roman pour un grand moment remplis de sentiments. L'histoire touchante et pourtant pleine d'espoir et de vie d'un couple confronté à la perte de l'enfant à naître. Un roman qui va bien plus loin, qui pose des mots là où nous parfois parents en déroute face à une crasse de la vie nous n'y arrivons pas. Un roman qui lève les tabous et l'incompréhension et qui ose dire que si c est grave, que non il ne valait pas mieux maintenant que plus tard, que oui la vie continue mais que sur le coup là elle s'est arrêtée.

Un coup de coeur pour moi, je pense que je n'ai pas fini de vous parler D'Harold Cobert ...

Rédigé par Sophie

Publié dans #litté dite blanche

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

angeselphie (Sophie) 06/07/2015 11:24

Encore un livre que je rajoute à ma liste d'achat. Merci Sophie ;)

Sophie 06/07/2015 11:25

:)