Succubus (T1: Blues) - Richelle Mead

Publié le 23 Avril 2015

Succubus (T1: Blues) - Richelle Mead

Georgina Kincaid est succube. A priori un choix de carrière plutôt sympa : la jeunesse éternelle, l'apparence de son choix et des hommes prêts à tout pour un simple effleurement. Pourtant, sa vie n'est pas si glamour : pas moyen de décrocher un rencard sans mettre en péril l'âme de l'heureux élu. Heureusement son travail en librairie la passionne. Mais pour l'heure, Georgina est propulsée au coeur de la tourmente, et ses sortilèges sexy et sa langue bien pendue ne lui seront d'aucun secours.

Comme une envie de revenir faire un tour du coté de la bit-lit, de découvrir des séries "connues" et "reconnues" des amateurs du genre. Chose faite avec ce premier tome de Succubus écrit par l'auteure de la récente série de "L'ère des miracles" (j'ajoute qu'en rédigeant cette chronique je tombe ... sur la série "Cygne noir" zut alors ....).

Au cours de ces pages, j'ai pris beaucoup de plaisir à suivre cette intrigue peuplée de personnages intéressants et inquiétant tels que : vampire, succubes, libraires (ah ces derniers ne sont pas inquiétants? ah bon ... pourtant vu comment ils peuvent vous faire dépenser la moitié de votre salaire en 10 minutes si on les laisse trop parler ...). J'ai beaucoup apprécié ce premier volume et ce pour la façon dont Mme Mead modère le coté obscur de la force (elle était trop facile à placer). Oui, ce n'est pas Alice au pays des merveilles, oui c'est noir (forcément ... quand on voit que l'héroïne trouve sa force sur le dos de pauvres mâles vendant leur âme au diable pour ses charmes, ajoutez quelques vampires et des méchants vilains et exit les princesses), oui ça peut castagner d'une façon ou d'une autre. Oui oui oui MAIS à côté de ça Georgina a une vie, un boulot, une histoire (et un chat .... très important le chat). Elle est touchante, naturelle, voire désarmante. Un peu gaffeuse, un peu rêveuse, parfois nostalgique mais au taquet, elle mène le roman tambour battant de façon à même rendre crédible l'existence des "créatures" côtoyées au fil de l'histoire.

Un bon rythme, de la précipitation tempérée par des moments plus légers presque anecdotiques, des personnalités fortes (en bien ou en mal), et une histoire qui rebondit (non ça ne fait pas que se transformer, se mordre, se frapper ou copuler). C'est efficace, ça capture le lecteur, et c'est parfait pour se détendre en ne pensant à rien.

Ah mais voilà un tome 1 qu'il est prometteur! Oui, et j'espère que la suite tient aussi bien la route (ceux qui l'ont lu si vous voulez témoigner de votre expériences avec Succubus ...)

Rédigé par Sophie

Publié dans #bit-lit

Repost 0
Commenter cet article