Bilqiss - Saphia Azzeddine

Publié le 10 Avril 2015

Bilqiss - Saphia Azzeddine

« Vous priez encore Dieu ?
– Bien sûr. Pourquoi ne le ferais-je pas ?
– Eh bien, il me semble qu’Il vous a abandonnée ces derniers temps.
– Allah ne m’a jamais abandonnée, c’est nous qui
L’avons semé. »

Bilqiss est l’héroïne de ce roman : c’est une femme indocile dans un pays où il vaut mieux être n’importe quoi d’autre et si possible un volatile. On l’a jugée, on l’a condamnée, on va la lapider. Qui lui lancera la première pierre ? Qui du juge au désir enfoui ou de la reporter américaine aux belles intentions lui ôtera la vie ? Le roman puissant de Saphia Azzeddine est l’histoire d’une femme, frondeuse et libre, qui se réapproprie Allah.

Je suis restée sans voix .... Je me suis sentie devenir minuscule ... J'ai été bousculée au plus profond de moi même.

Bilqiss héroïne des temps modernes. Celle qui a tenu à tenir tête aux hommes en les touchant là ou ça fait mal de part ses réflexions lourdes de sens quant eux tentaient de l'humilier, de la rabaisser au rang de pécheresse pour avoir osé parler, et avoir commis des crimes terribles tels que posséder une pince à épiler, une aubergine non coupée, ...

Bilqiss qui envers et contre tout (et contre tous) se relève, serre les dent, veut garder sa dignité en son nom mais aussi aux noms des femmes brimées et sacrifiées sur l'autel de la suprématie d'on ne sait pas trop quoi au final ... Des hommes, d'une poignée d'hommes convaincu de détenir le savoir universel en ne manquant pas de bafouer leur dieu (leur dieu d'amour voudrait-il vraiment tout cela?).

Bilqiss est une héroïne une vraie ... Son récit captive le lecteur dès le début et le prend par les sentiments, il frappe en plein coeur et ne laisse pas indifférent. La plume de l'auteure est une merveille qui glisse sur nos coeurs humains pour nous inviter à voir de quoi est capable la race humaine, comme pour nous rappeler que ça ne se passe pas si loin de nous mais que ça se passe. Elle nous harponne Madame Azzeddine. Oh bien sûr certains doivent la trouver dérangeante, moi je l'ai trouvée touchante et courageuse. Une maîtrise de l'écrit, et une fin (je vais plagier Alice mais elle l'a si bien résumée) digne d'Armel Job.

Un roman à ne pas laisser passer, à lire, et à méditer.

Dois-je encore souligner que j'ai pris là un sacré coup au coeur ?

Rédigé par Sophie

Publié dans #litté dite blanche

Repost 0
Commenter cet article