Pas ce soir - Charline Quarré

Publié le 20 Janvier 2015

Pas ce soir - Charline Quarré

C'est une soirée mondaine parisienne. Un petit monde où mensonges, manipulations et ragots provoquent parfois des dérapages incontrôlés. Où les faiblesses des uns font la gloire des autres. C'est une soirée qui réveille les souvenirs endormis d'Eugénie, jeune femme odieuse et misanthrope. C'est l'histoire de ce que l'on découvre derrière le plus efficace des cache-misère, l'arrogance.

Là où certains caracolent en têtes de gondoles ou sont un peu trop présents sur tous les fronts pour de la pub intempestive, d'autres sont au contraire très discrets, passent presque inaperçus, alors qu'ils ont au bout de leur plume un petit bijou. Ces romans qui se sont glissés dans nos rayons subtilement, que nous n'aurions jamais regardé si la blogo et autres réseaux de lecteurs ne nous en avaient pas parlé, ceux qui comme ça au détour d'une page nous offrent la surprise d'une plume qui touche et qui heurte, ils sont rares et pourtant si agréables. Mais en voici un, voici une de ces petites perles, une très belle surprise.

Charline Quarré a écrit un roman où chaque personnage nous touche par son naturel et dégage quelque chose de particulier. Un roman qui se lit d'une traite parce que nous sommes là présents dans cette soirée. Un roman où l'humain se dévoile et où les masques tombent. Un roman qui a un tel pouvoir d'attraction que vient le moment magique où vous ne distinguez plus la fiction de la réalité, où vous êtes pris d'un léger étouffement du à la fumée dans la pièce, où vous êtes enivrés par les vapeurs d'alcool, et où vous êtes aussi mal qu'Eugénie empêtrée dans ses mensonges et son mal-être.

Une question, une seule, pourquoi cette auteure n'est-elle pas plus connue? Comment un tel travail peut-il rester dans l'ombre? Pourquoi ne voyons-nous plus rien passer de cette plume bourrée de qualités?

Parce que des qualités elle en dégage cette plume ... Le roman est court, mais il n'en fallait pas plus. Aucun remplissage inutile, aucune longueur que de l'essentiel pour refléter le réel, expliquant par là même qu'il soit si court (une soirée on a dit ... il n'en fallait donc pas plus!). Les descriptions sont présentes et surtout au service de ce que doivent refléter l'ambiance et les acteurs en présence, elles plantent le décor et nous plantent dedans. Les dialogues sont incisifs, piquants, et pourtant tellement réels. Charline Quarré a pour moi cette faculté de décrire les relations les plus tordues et de décrire le réel sans s'encombrer de superficialités, cette faculté de plonger son lecteur dans le décor le plus anodin pour le transporter dans une histoire simple de prime abord mais pourtant si riche.

Un maniement de plume si fin ne devrait pas rester caché ... Je ne suis pas passée loin du coup de coeur.

Paru aux éditions Baudelaire, je me demande quels trésors cet éditeur peut-il avoir dans son catalogue ...

Rédigé par Sophie

Publié dans #litté dite blanche

Repost 0
Commenter cet article

Nath/ sous les pavés la page 20/01/2015 12:49

Très jolie chronique qui aidera certainement ce livre à se faire connaître. C'est fait pour moi en tout cas :)

sophie 20/01/2015 12:50

je ne peux qu'encourager les lecteurs à le découvrir ... j'ai réellement été séduite