Les chutes - Joyce Carol Oates

Publié le 24 Décembre 2014

Les chutes - Joyce Carol Oates

Au matin de sa nuit de noces, Ariah Littrell découvre que son époux s'est jeté dans les chutes du Niagara. Durant sept jours et sept nuits, elle erre au bord du gouffre, à la recherche de son destin brisé. Celle que l'on surnomme désormais "la Veuve blanche des Chutes" attire pourtant l'attention d'un brillant avocat. Une passion aussi improbable qu'absolue les entraîne, mais la malédiction rôde...

Voilà une jolie occasion de parler de la plume multifacette et talentueuse de cette auteure unique en son genre. Quelque soit le style auquel elle s'attaque, elle le maîtrise avec classe et brio arrivant ainsi à donner un caractère addictifs à ses mots, un régal (mais si vous voulez échanger avec quelqu'un qui en parle avec passion, allez un peu voir du coté de la Fée lit) .

Parlons de ces chutes, roman magistral où les mots s'écoulent si aisément pour des sujets si profonds et si graves. Parce que oui, ce n'est pas un conte de fée, oui les sujets abordés ne sont pas anodins, oui ce roman est le récit de vie d'une femme et de sa famille au destin particulier, .... Mais ce qui est le plus marquant dans cette histoire, c'est la façon dont les mots semblent couler de source face à la gravité des événements. Plume fluide au service du drame et de la noirceur comme pour mettre de l'humanité là où il semble y en avoir le moins, Oates a le génie de donner vie à des personnages pour lesquels le lecteur se prendra très vite d'une forme de passion qui le poussera à tourner les pages. Et parlons-en de ces pages, elles se tournent d'elles-même ... N'ayez pas peur devant la brique que vous tenez entre les mains, vous ne la verrez pas passer tout simplement parce que vous suivrez les acteurs dont la vie se joue là sous vos yeux. Des acteurs jouant sous vos yeux ? Oui en effet, ce point nous ramenant directement à la fluidité du récit. Des descriptions justement dosées, des dialogues précis, des scènes ne s'encombrant pas de détails inutiles, tout est travaillé de façon telle que nous avons devant les yeux juste de quoi se faire le film du récit, ou comment la précision de Oates laisse au lecteur sa part d'imagination. Non vraiment cette plume ne cherche pas à vous imposer son univers non ... mais plutôt elle vous y invite se permettant une incursion dans le vôtre.

Quel génie que celui de cette plume féminine au service de la noirceur humaine pour lui rendre un caractère si particulier.

Je me suis régalée, j'étais passionnée, j'étais embarquée au point de sentir la fraîcheur des chutes tout contre moi.

Le dernier coup de coeur de 2014 serait-il cette lecture commune faite avec les lecteurs belges compulsifs?

Rédigé par Sophie

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Delphine-Olympe 24/12/2014 08:57

Merci Sophie, voilà qui donne envie !
J'en profite pour te souhaiter un très joyeux Noël

sophie 24/12/2014 09:53

un très joyeux noel à toi <3