Wave - Sonali Deraniyagala

Publié le 12 Novembre 2014

Wave - Sonali Deraniyagala

" La mousse s'est transformée en vagues. Des vagues qui bondissaient par-dessus le récif, à l'autre bout de la plage. Ça n'était pas normal. La mer ne venait jamais aussi près. Les vagues ne se brisaient pas, elles ne s'affaissaient pas. Plus près. L'eau brune et grise. Brune ou grise. Des vagues par-dessus les conifères et qui se rapprochaient de notre chambre. Toutes ces vagues maintenant, chargeant, barattant. Soudain folles et furieuses. Soudain menaçantes. " Le matin du 26 décembre 2004, un tsunami frappe l'Océan indien. Sonali Deraniyagala, en vacances au Sri Lanka, son pays natal, en réchappe miraculeusement. Mais, de sa famille, elle est la seule. La vague lui a pris ses parents, son mari et ses deux petits garçons. Wave raconte l'histoire de ce jour, où elle a tout perdu, et de tous ceux qui ont suivi. Les mois, les années lorsque l'insupportable déchirement du souvenir succède aux premiers moments d'horreur.

Ca aurait pu être un coup de coeur, ça aurait pu oui ... mais non.

L'histoire est poignante, très poignante, à la limite du supportable pour un coeur de maman. Imaginer perdre ses enfants du jour au lendemain, perdre son mari, ses parents alors que juste avant l'instant précis où le drame se joue on vous enviait encore, vous et votre jolie famille. Impensable? Inenvisageable? Et pourtant ce fut le cas de l'auteure emportée au coeur du tsunami indonésien.

Ce roman, c'est le récit d'une survie au coeur de l'enfer, de la reconstruction quand tout vous manque, de l'espoir à tout épreuve. C'est le cris d'une mère, d'une épouse, d'une enfant, c'est le cris d'une femme brisée à jamais.

Mais voilà .... je n'ai pas réussi à aller au-delà du récit. Je n'ai pas ressenti la vague d'émotion décrite par beau nombre de lecteurs. Non vraiment, j'étais face à un récit dramatique qui ne va pas au-delà des mots. Et là est tout le paradoxe parce que justement ses mots, elle les choisit minutieusement, elle en forme des phrases tantôt tendres, tantôt cruelles, tantôt fortes, tantôt douces. Mais je n'ai pu m'empêcher de me dire qu'elles n'allaient pas au delà de la jolie formulation appropriée au contexte, je n'ai pas été happée par le récit, je n'ai pas ressenti grand chose si ce n'est le fait de lire un récit dramatique et bien "conté".

Je suis donc passée à côté de ma lecture qui était pourtant pleine de promesse. Peut-être aussi à force d'avoir lu tant de billets élogieux mes attendes étaient-elles trop élevées ?

Quoiqu'il en soit, 3% de la rentrée : check

Wave - Sonali Deraniyagala

Rédigé par Sophie

Publié dans #litté dite blanche

Repost 0
Commenter cet article

jerome 16/11/2014 08:39

La déception a l'air générale avec ce titre qui me tentait pourtant beaucoup.

sophie 16/11/2014 17:25

oh je n'irai pas jusqu'à dire "générale" car il a été décrit comme étant un coup de coeur par beaucoup sur la blogo :)

Cajou 12/11/2014 19:30

Je partage TOUT A FAIT ton ressenti, une fois de plus.
Oui c'est dramatique... genre le paroxysme du dramatique même, mais ça ne m'a pas touchée, comme toi, je n'ai pas réussi à ressentir d'émotion derrière les mots... Dommage :/

sophie 12/11/2014 19:35

quelque part ça me rassure .... parce que je me posais des questions , comment ne pas être touchée par un tel récit .... peut-être l'auteure y-a-t-elle mis trop de retenue ? sais pas