36 chandelles - Marie-Sabine Roger

Publié le 22 Novembre 2014

36 chandelles - Marie-Sabine Roger

Allongé dans son lit en costume de deuil, ce 15 février, à l'heure de son anniversaire, Mortimer Décime attend sagement la mort car, depuis son arrière-grand-père, tous les hommes de sa famille sont décédés à onze heures du matin, le jour de leurs 36 ans.
La poisse serait-elle héréditaire, comme les oreilles décollées ? Y a-t-il un gène de la scoumoune ? Un chromosome du manque de pot ?
Que faire de sa vie, quand le chemin semble tout tracé à cause d'une malédiction familiale ? Entre la saga tragique et hilarante des Décime, quelques personnages singuliers et attendrissants, une crêperie ambulante et une fille qui pleure sur un banc, on suit un Mortimer finalement résigné au pire.
Mais qui sait si le Destin et l'Amour, qui n'en sont pas à une blague près, en ont réellement terminé avec lui ? Dans son nouveau roman, Marie-Sabine Roger fait preuve, comme toujours, de fantaisie
et d'humour, et nous donne une belle leçon d'humanité.

J’ai un regret suite à la lecture de ce roman … l’avoir lu dans une période où je n’ai pas pu lui consacrer tout mon temps, où je n’ai pu m’asseoir tranquillement en me disant « j’ai le temps et c’est lecture au finish ». En fait non … j’ai plusieurs regrets, chacun correspondant au moment où j’ai dû poser ce bouquin pour « revenir à ma vraie vie ».

36 chandelles commence sur le ton de la « bizarrerie » m’ayant fait entrevoir une certaine orientation de récit. Et puis il n’en fut rien … Cette mise en scène de départ m’a propulsée dans un récit se voulant une ode à la vie où se mêlent divers sentiments nous ramenant tous aux base de ce qui fait de nous des êtres humains. Les émotions se bousculent de toutes parts dans la tête de Morty, et par effet de contagion dans celle du lecteur. Et c’est frais, ça emporte, ça fait rêver autant que grimacer parfois. Et c’est au final le reflet de la vie et de toutes ses facettes. C’est au final un roman léger qui se dévore et se savoure.

Je ne connaissais pas la plume de Madame Roger, mais ce que j’ai pu lire au travers de ce bouquin me donne une impression de mots qui se déposent en toute légèreté sur le papier cherchant à amener un peu de gaieté là où on ne l’attend pas en fredonnant « youpie tralala ». Un merveilleux moment en compagnie de personnages inoubliables qui m’ont donné une énorme envie de crêpes au nutella. Un merveilleux moment qui force à sourire et à se demander le sens réel que nous donnons à la vie, et qui nous pousse à nous demander si nous lui donnons vraiment toute l’importance qu’elle mérite.

Et puisque Priceminister demande d’attribuer une note, ce sera un bon 17/20. Merci à eux pour la découverte et .. à l’année prochaine !

Rédigé par Sophie

Publié dans #litté dite blanche, #partenariat

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article