Madame Diogène - Aurélien Delsaux

Publié le 24 Octobre 2014

Madame Diogène - Aurélien Delsaux

Comment résister au monde ? Se soustraire à son principe de réalité ?

En se terrant chez elle, parmi souvenirs et objets quotidiens qu elle accumule jusqu au vertige, une femme fait un choix radical : celui de s exclure pour vivre librement. De son abri, « blottie tout au fond du présent », elle contemple le dehors sans se laisser atteindre et navigue à vue, dans l oubli du reste du monde.

Récit d une guerre silencieuse et salutaire, métaphore du monde contemporain, le premier roman d Aurélien Delsaux sans pathos aucun mais avec une précision d entomologiste interroge avec un détachement impressionnant la mémoire et la solitude, la liberté et l insoumission. Un univers et un style qui révèlent un écrivain à p
art entière.

Il y en a des choses à dire sur ce roman très court (et heureusement plus aurait été trop) et ... très "frais" (à ne pas lire à table gloups).

Le syndrome de Diogène vous en avez entendu parler non ? Au moins vaguement ... mais imaginiez-vous les proportions qu'il peut prendre ? Non? Alors ouvrez ce bouquin même si j'ai envie de dire "âme sensible s'abstenir".

Ce roman est à vomir et vous dégoûte? Parfait il a réussi à retranscrire ce qu'est cette maladie et avec brio ... Oui il est à vomir tant il dégueule de saletés, mais aussi de solitude, de folie, de replis, ... de tous ces éléments constituant cette pathologie particulière.

L'auteur ne nous épargne pas, il ne met pas de gants et nous balance la réalité de Madame Diogène comme ça en plein front. Le lecteur se retrouve projeté de façon violente dans cet appartement puant, dans ce terrier constitué de déchets et déjections en tous genres. Et le lecteur ne peut que s'imprégner tant la plume adroitement maniée arrive en peu de mots à nous noyer dans le quotidien du personnage, si bien que l'on se surprend à être dégoûté, à se dire que ce bouquin est à vomir, à chercher la bougie parfumée la plus proche, ...

Alors oui franchement j'ai été dégoûtée je ne m'en cache pas. Oui j'ai trouvé certains aspects répugnants, je ne m'en cache pas non plus. Mais oui je souligne le travail de l'auteur par rapport quant à la connaissance de la maladie, oui j'estime qu'il a parfaitement retranscrit l'état des personnes atteintes, oui ce roman pour moi est une répugnante réussite. Les mots sont justes, les phrases cohérentes, et tout se tient pour nous livrer un portrait sous forme de roman de ce que vivent ces personnes.

Nous n'allons pas parler de bon moment, car franchement non (et je précise que j'ai fait l'erreur de lire en déjeunant) ce n'est pas un moment d'évasion .... mais de moment réussi dans ce que l'auteur cherchait à faire. Il l'a fait avec brio et si il garde cette faculté de plonger dans le réel, alors j'ai hâte de le voir s'attaquer à d'autres sujets!

15ème lecture de la rentrée ;)

Madame Diogène - Aurélien Delsaux

Rédigé par Sophie

Publié dans #litté dite blanche

Repost 0
Commenter cet article

jerome 25/10/2014 09:12

Il est dans ma pal, je prends note de tes remarques et je vais attendre le bon moment pour le lire ;)

Leiloona 24/10/2014 10:32

Ah oui, le lire pendant un déjeuner, pas glop du tout ! :D

sophie 24/10/2014 10:35

ce jour là on régime n'a pas souffert :D