Bird Box - Josh Malerman

Publié le 5 Octobre 2014

Bird Box  - Josh Malerman

Malorie élève ses enfants de la seule façon possible : barricadés chez eux. Dehors, il y a un danger terrible, sans nom. S’ils s’aventurent à l’extérieur, ce sera les yeux bandés pour rester en vie. S’ils ôtent leurs bandeaux, ils se donneront la mort avec une violence inouïe. Malorie a deux solutions : rester cachée avec ses enfants, isolée, ou bien entamer un terrifiant périple jusqu’au fleuve dans une tentative désespérée, presque vaine, pour rejoindre une hypothétique colonie de survivants. La maison est calme. Les portes sont verrouillées, les rideaux sont tirés, les matelas cloués aux fenêtres. Les enfants dorment dans la chambre de l’autre côté du couloir. Mais bientôt, elle devra les réveiller et leur bander les yeux. Aujourd’hui, ils doivent quitter la maison et jouer le tout pour le tout.

Mais qu'ont-ils vu ? Bon sang qu'ont-ils vu pour en arriver là ?

Cette question, elle vous suit durant les quelques 350 pages du roman , et bien au-delà.

Le livre nous transporte entre l'épopée actuelle de Malorie et son passé dans ce monde post-apocalyptique, comme pour mieux nous ancrer dans le suspens, comme pour mieux nous pousser à ne surtout pas lâcher la lecture en cours, comme pour mieux nous entraîner dans une spirale infernale. Parce que si la survie des personnages tient au fait de ne pas voir le monde extérieur, la notre à nous lecteur, tient en la nécessité de connaître à tout prix la suite .

Ne pas poser, ne surtout pas poser le livre ... de toute façon, si il est posé il continue à nous hanter car quoiqu'on fasse , la question de départ "qu'ont-ils vu" continue à nous travailler dans un coin de la tête ... Car ce livre il travaille le lecteur, il le marque de son empreinte et l'empêche de penser à bien d'autres choses si ce n'est au meilleur moyen de trouver du temps pour y retourner.

Si il est un point sur lequel il faut saluer le génie de la plume de l'auteur, c'est bien celui de savoir maintenir un climat de suspens et d’angoisse permanent, pas un moment de répit ne nous est laissé. Si bien que toutes interférences extérieures éliminées (telles que "maman j veux un bonbon" , " maman il m'a frappé", ...) il devient dur de se maintenir extérieur à l'histoire ... on se surprend à angoisser pour soi, pour tout (et pour le coup de sonnette qui vient quand il ne faut pas). Le rythme est trépidant, haletant. La plume ne s'encombre pas d'artifice, joue sur la tension nerveuse du lecteur et se révèle dans ce domaine diaboliquement efficace. L'auteur signe là un premier roman une première oeuvre magistrale après laquelle le besoin de souffler est là.

Oui mais voilà, c'est un premier roman. Bon sang un premier roman! Que nous réservera-t-il par la suite (bonjour la pression)? J'ai hâte, si hâte de retrouver sa plume tant ce Bird Box a su me scotcher. Je rejoins donc le cercle des lecteurs conquis aux cernes bien marquées.

Ce bouquin constitue ma 11ème lecture de cette rentrée, en route vers le 2% !

Bird Box  - Josh Malerman

Rédigé par Sophie

Publié dans #polar - thriller

Repost 0
Commenter cet article

Nessa 05/10/2014 18:52

je pense que c'est la première fois que je viens sur ton blog, quelle honte
j'ai lu le début de ta chronique et la fin, pour ne pas m'influencer mais j'ai hate de me replonger dnas ma lecture ce soir

sophie 05/10/2014 19:21

j'ai hate de lire ton avis :)