Contrecoup - Nathan Filer

Publié le 9 Septembre 2014

Contrecoup - Nathan Filer

" Je vais vous raconter ce qui s'est passé, parce que ce sera un bon moyen de vous présenter mon frère. Il s'appelle Simon. Je pense que vous allez l'aimer. Vraiment. Mais dans quelques pages il sera mort. Et il n'a plus jamais été le même après ça. " Matthew a 19 ans, et c'est un jeune homme hanté. Hanté par la mort de son grand frère, lors de vacances à la mer, dix ans auparavant. Hanté par la culpabilité. Hanté par la voix de Simon qu'il entend partout, tout le temps : dans le bruissement des feuilles des arbres, dans le crépitement des bougies d'anniversaire, dans le murmure de la marée... Dernier lien qui l'unit au frère disparu pour Matthew ; " hallucinations de commande ", disent les médecins. Matthew a 19 ans et il souffre de schizophrénie, une maladie qui " ressemble à un serpent ". Pour comprendre son passé et s'en libérer enfin, Matthew écrit, dessine, jette ses pensées sur le papier, tente de remonter le fil du temps. Il raconte l'enfance étouffée par la perte, la douleur silencieuse de ses parents ; l'adolescence ingrate brouillée par les nuages de marijuana ; la lente descente dans la folie, l'internement... Mais aussi, avec un humour mordant, le quotidien parfois absurde et toujours répétitif de l'hôpital psychiatrique – " Je vis une vie faite de copiés-collés ", les soignants débordés mais qui font de leur mieux, l'ennui abyssal : " il n'y a littéralement rien à faire "... Et le combat sans cesse renouvelé pour apprivoiser la maladie, et trouver enfin sa place dans le monde. Bouleversant, tourmenté, souvent drôle, Contrecoup est avant tout baigné d'une profonde humanité. C'est un roman déchirant, tendre et courageux, porté par une voix absolument unique.

Voilà un roman qui à coup sûr fera longtemps parler de lui. Un bijou, un tour de force, une lecture forte qui laisse des traces.

L'histoire est ce qu'elle est: dramatique mais pourtant souriante. Car oui Matthew fait sourire parce qu'il peut-être drôle, mais aussi parce qu'il est attachant. Très attachant, dans toute sa détresse et son amour démesuré, dans toute sa volonté et ses envies de lâcher prise. Vous l'aurez compris, ce roman est servi par une plume qui sait de quoi elle parle, qui sait transposer par écrit le vécu atypique de son héro, qui sait nous amener à nous perdre dans les méandres de l'esprit de ce jeune homme malade mais qui veut tant être "normal" (mais au fond c'est quoi normal?).

Contrecoup ... Quel titre bien choisi. D'une part parce qu'il colle à l'histoire de Matthew, mais d'autre part parce que nous, lecteurs, devons accuser le contrecoup de cette lecture où les sentiments se succèdent, où nous pouvons avoir l'impression de nous perdre dans les discours longs et exaltés dans lesquels s'emporte le personnage pour ensuite revenir à la réalité exigée (et ramenée) par son entourage. Parce que nous lecteurs plongeons dans la réalité de ce jeune homme en n'étant pas toujours sûr de le comprendre mais en ayant tant envie d'y arriver, en ayant tant envie de le voir heureux en permanence et non pas uniquement "entre étapes" de son existence.

Contrecoup est un roman écrit par un jeune auteur évoluant en tant qu'infirmier en milieu psychiatrique. Ce roman, c'est un reflet de son quotidien dans ses bons et moins bons côtés. Dans ces moments de "victoires avec un patient" pour mieux "reculer" le lendemain.

Contrecoup c'est un peu une invitation à la connaissance de la différence créée par la maladie mentale (la schizophrénie en ce qui nous concerne).

Mais avant tout, Contrecoup, c'est un roman mené très intelligemment, un roman à classer dans la catégorie "petite perle pour grosse claque", un roman dont on ne se lasse pas de part son originalité et de part sa très grande qualité d'écriture.

Merci aux éditions Lafon pour cette découverte déroutante et si prenante.

Et me voici à un cheveux du 1% de la rentrée, Contrecoup constituait ma 5ème lecture ;)

Contrecoup - Nathan Filer

Rédigé par Sophie

Publié dans #partenariat

Repost 0
Commenter cet article

Virginie 10/09/2014 22:59

Il me fait très très envie ce roman ! et encore plus après avoir lu ta chronique !

sophie 11/09/2014 07:17

c'est un très bon roman ;)