Sauf quand on les aime - Frédérique Martin

Publié le 27 Août 2014

Sauf quand on les aime - Frédérique Martin

Claire, Juliette, Kader et Tisha ont une vingtaine d'années. C'est l'âge des premières épreuves initiatiques, celles que l'on traverse seul. Dans un monde où couple et travail ne sont plus des valeurs certifiées, tous quatre se sont regroupés en colocation. Ils se sont fabriqué une nouvelle famille. Amour et amitié se frôlent et parfois se heurtent. Tisha bouscule tout le monde, Claire aime Tisha, Juliette n'aime pas Kader. Il y aura des dégâts, mais la petite bande résiste à la violence du dehors, tente à tout prix de préserver tendresse et solidarité. A travers leurs histoires et leurs rencontres – M. Bréhel, Ethan, Daoud – s'ébauche le portrait d'une jeunesse silencieuse qui peine à rêver et à se mettre au monde. Mais une jeunesse qui reste vivante, drôle et lunaire. Une jeunesse qui a compris que l'amour – celui qu'on donne comme celui qu'on reçoit – est un soutien primordial

Troisième lecture de cette rentrée littéraire, et pas n'importe laquelle ... Une de celles qui vous marquent par sa beauté placée au même pied d'égalité que sa dureté.

Au fil des pages, on suit cette bande de bras cassés par la vie. Des écorchés vifs chacun à leur degré, chacun dans sa sensibilité, chacun dans ce qu'il a d'enfui au plus profond de soi. Les thématiques s'enchaînent: racisme, respect, vie professionnelle, vie privée, liaisons, isolement, art de la débrouille, et tant d'autres. Cela fait fouillis? Non du tout ... Cela représente juste le quotidien de beaux nombres de jeunes adultes. Et c'est peut-être là que le roman peut sembler brutal?

La lecture est violente certes ... Mais au final si on ouvre les infos locales, nous ne devons pas aller loin pour voir le même genre de faits ... Et c'est peut-être pour cela que certains trouveront le livre dur. La lecture est pour beaucoup un moyen d'évasion mais que faire quand elle nous renvoie au quotidien le plus proche de soi?

Quoiqu'il en soit, dur, parfois violent, parfois si touchant, parfois passionnel, parfois ... Beaucoup de qualificatifs pourraient être attachés à ce roman qui ne laisse pas de marbre, et qui au contraire laissera sa petite empreinte chez pas mal de gens. Une très belle réussite (il faut croire que cette rentrée est un bon cru?), même si le rapport nombre de pages/prix une fois de plus laisse à désirer.

Je n'ai décidemment pas grand chose à dire sur ce roman. Tout simplement parce que peut-être n'a-t-il pas besoin d'être décrit pendant des lignes et des lignes? Tout simplement parce qu'une fois refermé il se médite? Une petite perle de brutalité quotidienne et de sensibilité humaine.

N'oubliez pas d'aller voir le billet de Mélo , la lecture s'est faite en tandem :)

Sauf quand on les aime - Frédérique Martin

Rédigé par Sophie

Publié dans #litté dite blanche

Repost 0
Commenter cet article

Frédérique Martin 27/08/2014 14:10

Merci pour votre lecture Sophie, et ce billet qui reflète bien lui-même, le bouillonnement de la vie.

sophie 27/08/2014 14:37

merci à vous pour votre visite ! :)

Mélo 27/08/2014 11:38

Voui dur, âpre, la lecture s'est révélée éprouvante pour moi.
Biz

sophie 27/08/2014 11:40

je n'arrive pas à te laisser un com :(