Haut le choeur - Gaëlle Perrin Guillet

Publié le 6 Août 2014

Haut le choeur - Gaëlle Perrin Guillet

"Alix Flament, journaliste à Chambéry, travaille sans conviction sur un article relatant les mésaventures sexuelles d’un candidat à l’élection présidentielle française.

Six ans plus tôt elle était une spécialiste reconnue des affaires criminelles. Jusqu’à ce qu’elle publie un livre d’entretiens avec la pire tueuse en série que le pays ait connu depuis le 19ème siècle, ouvrage dont elle ne se remettra pas et qui marquera la fin de sa carrière dans le domaine des faits divers.

L’évasion sanglante d’Éloane Frezet redonne vie aux cauchemars qui la hantent depuis ses dialogues hallucinés avec la meurtrière. Mais seule Alix la connaît suffisamment pour tenter d'aider la police à la traquer.

C'est sans compter que la meurtrière, loin de se terrer, espère bien tenir sa promesse de terminer l'œuvre mortelle qu'elle a dû interrompre lorsqu’elle se trouvait derrière les ba
rreaux..."

Une légende circule selon laquelle les auteurs de thrillers les plus sanglants et terrifiants sont des personnes adorables ... j'ai eu envie de tester et vous livre mon analyse.

Une question me vient à l'esprit: pourquoi avoir lu ce roman alors que je ne trouvais pas le sommeil?

Bien que comprenant quelques rares passages sanguinolents mais s'insérant totalement dans l'histoire (et n'étant donc en aucun cas dérangeant), la force de ce thriller repose essentiellement sur l'ambiance créée permettant de placer le lecteur dans un état de stress permanent. Et c'est là qu'est la force du bouquin. Car oui bien sûr il comprend de minimes défauts avec parfois un soupçons d'invraissemblabes, certes les personnages ne sont pas toujours approfondis à mon goût, certes l'action se déroule assez vite, ... Mais au delà de ces erreurs de parcours, nous nous retrouvons face à un excellent thriller dans la lignée d'un bon page turner efficace qui a su me clouer (et accessoirement me pétrifier) sur place. Tout le roman repose sur des ambiances; celles des interviews, celles des différentes scènes, celles des moments d'actions, ... Mais toutes ces tensions sont insérées de façon intelligentes de sorte à ne pas nous laisser de répis, d'avoir envie qu'on en finisse, de voir la fin arriver et nous sauter aux yeux. Oui mais au final, une fois le voeux d'une poule mouillée exaucé, nous n'avons qu'un regret, que ce soit déjà fini, parce que l'aventure a sans doute connu d'autres rebondissements, d'autres situations extrêmes, ...

100 pages de plus auraient dès lors étés nécessaires, 100 pages pour nous achever, pour nous détailler un peu plus les différents personnages' mais aussi pour ancrer plus profondément dans leur histoire, 100 pages pour plus de rebondissements, 100 pages pour nous régaler parce que les 200 premières étaient tellement prometteuses qu'il nous en fallait toujours plus!

Une chose est sûre, cette auteure a de belles pages devant elle et j'ai hâte de voir la suite des écris de cette jeune femme attachante, touchante, d'une gentillesse sans pareil, mais (et revons à notre point de départ) diaboliquement et délicieusement dérangée dans sa plume pour notre plus grands plaisir d'amateurs de suspens de haut vol.

Ce qui est sûr aussi, c'est que les éditions Rouge-sang ont encore de beaux volumes devant eux si tout leur catalogue est à l'image de ce roman.

J'ai hésité à franchir le pas, mais je ne le regrette absolument pas.

Rédigé par sophie

Publié dans #polar - thriller

Repost 0
Commenter cet article