Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre - Ruta Sepetys

Publié le 16 Août 2014

Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre - Ruta Sepetys

"Lina est une jeune Lituanienne comme tant d'autres. Très douée pour le dessin, elle va intégrer une école d'art. Mais un nuit de juin 1941, des gardes soviétiques l'arrachent à son foyer. Elle est déportée en Sibérie avec sa mère et son petit frère, Jonas, au terme d'un terrible voyage. Dans ce désert gelé, il faut lutter pour survivre dans les conditions les plus cruelles qui soient. Mais Lina tient bon, portée par l'amour des siens et son audace d'adolescente. Dans le camp, Andrius, 17 ans, affiche la même combativité qu'elle."

Il existe des lectures qui ont ce pouvoir de vous marquer dans un premier temps par la beauté de la plume, dans un second temps par la justesse de l'histoire, et dans un troisième (et pour un très long) temps par le message qu'elles veulent véhiculer.

"Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre" en fait partie. Procédons dans l'ordre ...

La beauté de la plume. Elle glisse comme un coeur qui se livre pour nous conter l'histoire de Lina et de sa famille. Les mots donnent l'impression de venir seuls, et non pas de les lire, mais de les écouter. C'est authentique et émouvant, et pourtant jamais l'auteure n'en fait trop, jamais nous ne tomberons dans le mélo même si le sujet est, ne nous en cachons pas, dramatique.

La justesse de l'histoire. Basée sur des témoignages et des documents d'archives. Richement documentée et adéquatement exploitée. Les faits sont là, livrés dans une certaine brutalité comme pour mieux renforcer la fragilité ambiante amenant les héros à se battre. Oui les héros car quoiqu'il puisse leur arriver, chacun sera allé au bout de son histoire avec force et courage.

Le message véhiculé. Ce qu'ils n'ont pas pu leur prendre n'a pas de prix, nul ne peut l'acheter et se l'approprier. Mais ça, pour le découvrir, il faut ouvrir le livre.

 

 

Le récit est tellement dans le réel, sans artifice, que tout au long de sa lecture les images sont là .... Qu'on le veuille ou non on en ressort touchés comme ce fut le cas avec cet autre roman sur le sujet qu'est "La steppe infinie"  (E. Hautzig) dont je vous mets également la couverture tant il serait également dommange de ne pas l'ouvrir

Oui me diriez-vous, des romans sur la guerre, la déportation, .... Il y en a à la pelle, en voici encore un parmis d'autres. Oui vous avez raison. Mais .... Par les temps qui courent un petit rappel ne fait pas de mal, histoire de se souvenir que finalement cette époque n'est pas si lointaine et parfois bien plus proche qu'on ne le pense si l'on en croit certains événements... Mais là j'entre dans des opinions personnelles qui n'ont pas forcément leur place dans ce billet. Alors je vais en revenir à ce roman. Mettez-le entre les mains de vos ados (et entre les votres), savourez-le, même si c'est souvent le coeur au bord des lèvres.

Et puis souvenons-nous de ces victimes à qui un très bel hommage est rendu grâce à cette auteure.

Rédigé par sophie

Publié dans #ado - young adult

Repost 0
Commenter cet article