Derniers jours - Adam Nevill

Publié le 30 Juillet 2014

Derniers jours - Adam Nevill

Kyle Freeman est chargé de réaliser un documentaire sur le Temple des Derniers Jours, une secte basée dans le désert d'Arizona en 1975, aujourd'hui disparue. Depuis, les rumeurs vont bon train sur les pratiques déviantes et les expériences paranormales du groupe. Et bientôt une série de phénomènes inexpliqués s'abat sur la production. Expériences surnaturelles et visites nocturnes troublantes, disparitions soudaines et découvertes d'horribles artefacts, le tournage vire au cauchemar absolu...

Se situant quelque peu à la croisée des genres, j'avoue avoir eu un peu de mal à ranger ce bouquin dans une catégorie. La seule pour laquelle je n'ai aucun doute étant la catégorie "bon bouquin - bon page turner".

Addictif et terrifique, voilà deux adjectifs collant à cette petite brique. Au fil des pages la tension monte crescendo ... pour partir d'une situation excitante et arriver à un point culminant d'angoisse. L'horreur s'invite dans les pages et dans les murs de cette maison. La visite des lieux nous mène dans des endroits inattendus parfois situés au plus profond de nous-même, de nos ressentis et de nos peurs intérieures.

Roman d'horreur? Non pas pour autant, mais roman jouant sur les atmosphères toutes en nuances à l'aide de judicieuses descriptions, roman se jouant des lecteurs au moyen de mots finement sélectionnés, roman se situant à cheval entre un bon thriller, le roman d'ambiance, le tout assaisonné judicieusement tel un bon projet Blair Witch.

C'est malin, très malin, parce que ça touche un large panel de lecteurs. C'est rusé parce que monté d'une façon telle qu'il est impossible de le lâcher (et encore moins pour aller dormir).

Ces aspects ingénieux, ne sont-ils pas là pour pallier une histoire vide et creuse me diriez-vous? Et bien non parce que l'intrigue est tout aussi prenante et n'aurait à la limite pas besoin d'artifice,elle est un sujet passionnant à elle seule. Mais soyons honnêtes, ces deux aspects mêlés forment un tout plus que cohérent, digne des plus grands noms de la terreur non terrifiante (entendez par -là que non le sang ne gicle pas dans tous les coins parce que tous finiront dépecés par un zombie en furie), Nevill n'aurait pas à rougir devant le grand King.

Une très bonne lecture qui ne peut que kidnapper le lecteur entre ses pages. J'avoue n'avoir qu'une envie, découvrir l'appartement 16 dont tout le monde parle. Je ne peux que vous le conseiller si vous avez envie de sortir des lectures ordinaires, car ces derniers jours valent vraiment le détour. Un énorme merci aux éditions Bragelonne pour ces deux nuits blanches!

Rédigé par sophie

Publié dans #partenariat, #polar - thriller, #sf

Repost 0
Commenter cet article

Hilde 08/09/2014 22:26

J'ai bien apprécié ce roman et son ambiance très glauque. C'est effectivement cohérent et bien ficelé. Maintenant, j'aimerais bien découvrir "L'Appartement 16".

Yvan 30/07/2014 12:02

oh je l'attendais cet avis ;-)
Curieux de ce livre grâce à ta moitié et toi, je voulais en savoir davantage, ben me vla plutôt tenté maintenant ! ;-)
Merci pour ton chouette avis

sophie 30/07/2014 12:22

je les ai vues en relisant et suis partie me cacher loin loin loin mais j'ai corrigé ouf!

Yvan 30/07/2014 12:21

dans mon état je ne vois rien ;-)

sophie 30/07/2014 12:18

;)
je viens de corriger mes coquilles il y en avait plein!!!!!! une honte :( désolée pour ceux qui les ont vues je l'ai rédigé ce matin quelque peu fatiguée , ... :(

Yvan 30/07/2014 12:16

j'en suis pas là ;-)
Depuis le Camut, je l'ai vu plusieurs fois, à chaque fois je lui ressort cette histoire pour le charrier ;-)

sophie 30/07/2014 12:14

ahhh malheur lol je ne supporte pas que mon livre soit abîmé ... et c est réciproque ... raison pour laquelle je ne sais pas lire un livre que l'on me prête, j'y arrive pas ... trop peur de l'endommager