Py Quest Sanctus Apostolus - J.M. Seybald

Publié le 27 Mai 2014

Py Quest Sanctus Apostolus - J.M. Seybald

« Cet homme, je l ai rencontré lorsque j avais six ans, même silhouette, même physique ; il n a pas changé. La souvenance de ses paroles imprègne mon esprit. John, tu es l Unique et l Héritier. » Empêtré jusque-là dans sa routine, l apparition d un homme tire John Py de sa torpeur : il a douze jours pour retrouver six sages et déchiffrer une énigme. Le nombre six est là, partout, apparaît et disparaît. Un phare, rassurant et inquiétant à la fois, oscille entre bien et mal. L équilibre est fragile et peine à choisir son camp. Symbole de l harmonie ou chiffre de la bête ? John doit forcer le destin à tendre vers une éthique idéale. Issu d une longue lignée chevaleresque, cet ingénieur en informatique, maniant les chiffres, est aussi capable de sonder les consciences. Le paladin des temps modernes part en croisade contre le mal incarné, par le prince Amalik. Une errance s amorce entre Paris, New York, Londres, Bruxelles et des contrées parfois hors du temps. Entre énigmes, suspense et mythologie, J.M. Seybald construit cette saga fantastique avec minutie.

Attention exercice périlleux pour moi : m'exprimer au sujet d'un roman catégorie "fantastique", dieu seul sait que ce n'est pas ma tasse de thé, mais la curiosité a eu raison de moi.

Sa présentation m'a vraiment donné l' envie de passer au dessus de mes à priori pour découvrir ce bouquin (pas sa couverture par contre, mais bon ça c'est un de mes tocs ... la couverture c'est important pour moi).

Et c'est ainsi que j'ai finalement décidé de ne pas passer mon tour et de partir à la découverte de ce roman, merci aux Editions du Panthéon.

Lire ce roman, c'est faire le grand écart de la langue française. Je m'explique ... la narration est "basique", phrases courtes, simples. Les dialogues quant à eux sont travaillés en longues phrases précises caractérisées par un côté mystique et solennel qui tente de ressortir. Oui vraiment, j'ai eu cette impression de grand écart mais aussi curieux que cela puisse être, au final cela ne m'a pas dérangée m'étant trouvée une interprétation expliquant ce style particulier. En effet, à mes yeux (ce qui n'engage que moi), j'ai eu le sentiment que l'auteur tentait de conjuguer deux styles différents, mais totalement différents pour donner un rythme particulier et remarqué à son roman, passant du "haletant" au "posé parfaitement tourné".

L'intrigue quant à elle, et bien tout repose sur le 6 ... oui oui ce petit chiffre nous embarque dans autant de pages. Alors oui évidemment j'ai eu un peu de mal à entrer dedans mais au final on se laisse embarquer plutôt aisément dans le périple de John Py.

Honnêtement, je pense que si l'on aime le fantastique assaisonné d'une énigme à tirer par les cheveux, si on est capable de passer au dessus de ce grand écart de style qui peut en déranger certains (moi j'avoue j'ai été désarçonnée au début), alors cette lecture peut se révéler très sympathique et prenante. Et si j'utilise les termes "sympathique" et "prenant" pour un récit parlant nombres et tirant sur le fantastique .... c'est qu'il y a du bon dedans! Mais pitié (au risque de m'attirer des foudres): un petit effort sur la couverture ....

Rédigé par sophie

Publié dans #sf, #partenariat

Repost 0
Commenter cet article

Au fil des pages 27/05/2014 17:29

Ca me donne envie de l'ouvrir de suite maintenant loool