Joyland - Stephen King

Publié le 16 Mai 2014

Joyland - Stephen King

"Les clowns vous ont toujours fait peur ?
L atmosphère des fêtes foraines vous angoisse ?
Alors, un petit conseil : ne vous aventurez pas sur une grande roue un soir d orage...
Mêlant suspense, terreur, nostalgie, émotion, un superbe King dans la lignée de Stan
d by me."

Je vais d'emblée commencer en m'interrogeant sur cette présentation que nous donne la quatrième de couverture ... A cette lecture, on se dit "ah! un roman d'horreur!". D'autant plus que que, dans de nombreux moteurs de recherche, il est qualifié comme tel ... Je vous avoue que je l'ai ouvert avec la peur au ventre: celle de revivre "Ca" ...

Et bien je ne suis pas d'accord avec tout ça pour une bonne raison : nous sommes loin, mais très loin du roman d'horreur, et ce même si la couverture de la version originale tente de nous prouver le contraire:

Joyland - Stephen King

Bref, voici donc notre grand King catalogué "horreur" alors que ce roman nous livre la narration d'une tranche de vie de Devin (dont je suis tombée sous le charme), une partie de sa jeunesse qui l'a touché au point de nous la livrer le coeur au bord des lèvres.

Au fil de ces pages, j'ai retrouvé le King tel que je l'aime: celui qui manie la plume des émotions pour nous faire passer du rire aux larmes, de l'angoisse à la sérénité en n'épargnant pas le lecteur qui se retrouve propulsé au centre de l'histoire, lui donnant l'impression d'en être lui-même un acteur tant la narration est judicieuse.

L'intrigue en elle-même est certes "bien", mais ce n'est pas elle qui porte le roman. Au contraire, je l'ai ressentie comme étant juste un "prétexte" pour livrer un bon roman d'ambiance reposant entièrement sur la création et le maintien d'une atmosphère particulière. Et c'est là qu'est tout le tour de force: tenir le lecteur en haleine plus de 200 pages rien qu'en jouant sur les émotions et les lieux ... une véritable prouesse.

Tout au long de ma lecture, j'ai eu l'impression d'être assise à coté de Dev (je ne serais pas contre ...) et de l'écouter me raconter son histoire si belle, si triste. Nous étions tous deux assis juste là :

Joyland - Stephen King

Alors par pitié, à tous ceux qui s'acharnent à associer Stephen King aux romans d'horreurs, posez-vous avec ce livre, laissez-vous embarquer et voyez plutôt qu'elle manipulateur d'émotions hors pair il fait ... Laissez vous embarquer dans cette histoire.

C'est à regret que j'ai quitté Joyland et tous ses personnages. Ce roman du King gardera une petite place particulière chez moi tant il a réussi à m'emporter et à se jouer de mes émotions. Vivement le prochain ... 

 

Rédigé par sophie

Repost 0
Commenter cet article

La Petite Souris 18/05/2014 08:41

alors l'avantage que j'ai sur toi, c'est que je n'ai pas encore lu ce roman ! donc j'ai encore toute l'émotion qu'il porte à découvrir ! je devrai l'attaquer très bientôt ! King a bercé mon adolescence, je vais être très heureux de le retrouver ! jolie chronique en attendant ! ;)

sophie 18/05/2014 09:07

bonne lecture et j attends tes impressions!

Yvan 16/05/2014 12:31

Oh, qu'est ce que tu me fais plaisir avec ta chronique ! ;-)
Le King est incontestablement le maître des émotions et, grâce à toi, on va pouvoir le crier encore plus fort !
Merci pour ce magnifique billet, tu peux aller essuyer tes larmes ;-)

sophie 16/05/2014 12:37

t'es peut-être entouré de guimauves dans mon genre ? Franchement je l'ai trouvé très travaillé sur les émotions, un véritable régal

Yvan 16/05/2014 12:35

tu n'es pas la seule, Sophie, tous ceux qui l'ont lu dans mon entourage on eu la même réaction

sophie 16/05/2014 12:34

Yvan j'ai eu du mal pfiou il était intense celui là et la fin .... oh la fin ...

sophie 16/05/2014 12:33

Fréd oui il est à lire franchement un très très bon bouquin

Fréd 16/05/2014 12:31

Ta critique m'a donné envie de le lire! Un de mes prochains achat!! C'est sûr!

Lylou 16/05/2014 12:22

J'ai hâte de le lire. Comme tu le dis, l'écriture de Stephen King, même hors horreur sait vraiment porter.