Il est de retour - Timur Vermers

Publié le 31 Mai 2014

Il est de retour - Timur Vermers

"A Berlin, en 2011. Soixante-six ans après sa disparition, Hitler se réveille dans un terrain vague de Berlin. Et il n'est pas content : quoi, plus personne ne fait le salut nazi ? L'Allemagne ne rayonne plus sur l'Europe ? Tous ces Turcs qui ont pignon sur rue sont venus de leur plein gré ? Et, surtout, c'est une FEMME qui dirige le pays ? Il est temps d'agir. Le Führer est de retour et va remettre le pays dans le droit chemin. Et pour ça, il lui faut une tribune. Ca tombe bien, une équipe de télé, par l'odeur du bon filon alléchée, est toute prête à la lui fournir. La machine médiatique s'emballe et bientôt, le pays ne parle plus que de ça. Pensez-vous, cet homme ne dit pas que des âneries ! En voilà un au moins qui ne mâche pas ses mots. Et ça fait du bien, en ces temps de crise... Hitler est ravi qui n'en demandait pas tant. Il le sent, le pays est prêt. Reste pour lui à porter l'estocade qui lui permettra d'accomplir enfin ce qu'il n'avait pu achever..."

Je vais être honnête dès le départ: je ne l'ai pas fini, je n'ai pas pu ...

L'aspect intéressant du livre car oui il y en a un un, c'est sans aucun doute de lancer un débat sur le thème "peut-on rire de tout?". En effet vaste question, le peut-on ... Je n'ai pas la réponse, mais la seule chose dont je suis sûre, c'est que chacun aura sa vision des choses et ses propres éléments de réponse en fonction de son vécu, de ses affects, et de sa sensibilité.

Je n'ai pas réussi à accrocher à ce roman à la thématique pourtant prometteuse. Je n'ai pas trouvé l'aspect humoristique annoncé, je n'ai pas trouvé la plume acerbe promise, non vraiment je n'ai rien retrouvé de cela. Limite je l'ai trouvé "vexant". Carrément oui. Au fil des pages, j'ai eu l'impression d'une présentation d'Hitler débilitante ... Présenter ce personnage comme un être débarquant dans notre ère tel un être idiot, grotesque ... m'a dérangée. N'oublions pas que malheureusement, vu où il est arrivé cet homme devait disposer d'une certaine forme d'intelligence. Et là présenté à la limite du "Mister Bean visite l'Allemagne", je l'ai ressenti comme un manque de respect envers ses victimes, comme un manque de respect envers cette histoire qui est parfois à la limite de se répéter.

Mais voilà, avec cette critique que je viens de faire, j'en reviens à mon questionnement de départ, peut-on rire de tout ? Mon ressenti est fortement influencé par mes affects, ma sensibilité et ma vision des choses, et il m'appartient. Mais au final, ne suis-je pas moi-même quelque peu fermée sur cette question que soulève le livre? Mon ressenti est-il du au fait que je n'ai pas été capable de prendre du recul par rapport au personnage abordé?

Une chose est certaine, personnellement, non je n'arrive pas à prendre à la légère cette sombre partie de l'histoire, parce que pour moi, Hitler sera toujours associé à ce genre d'images et aux horreurs qui y sont liées:

Il est de retour - Timur Vermers

Au jour d'aujourd'hui, j'ai encore dans un coin de ma mémoire ce vieux monsieur rencontré au Fort de Breendonk, celui qui voyant une classe arriver "s'est invité" pour nous raconter ce qu'il s'est passé dans ces lieux. Je le revois pleurer en évoquant certains noms, je revois ces gerbes, ces mots de soutien et d'excuses, je revois ces poteaux alignés, ... Je revois mon grand-père évoquant quelques souvenirs et taisant ceux qui étaient trop durs pour lui. Je revois ces récits forts parlant de la Rafle du Vel d'Hiv et autres atrocités de la seconde guerre, je revois ... la liste est longue. Assez longue que pour avoir orienté ma lecture de ce roman et sans doute m'avoir fait passer à coté d'un aspect du bouquin que je n'ai pu saisir parce que ce que je suis et mes ressentis ont pris le dessus.

Et vous ?

Rédigé par sophie

Repost 0
Commenter cet article

Delphine-Olympe 31/05/2014 19:16

Au vu des divers commentaires que j'ai pu lire, tu n'es apparemment pas la seule à avoir cette position...

satinesbooks 31/05/2014 18:39

C'est vrai qu'un roman pareil doit être délicat dans les thermes utilisés mais aussi dans le message qu'il véhicule. Ce n'est pas évident d'accrocher le lecteur dans le "bon sens" avec un sujet pareil.

Je suis d'accord avec toi : Hitler restera Hitler avec les images très dures qu'on lie forcément à la seconde guerre mondiale.

Pour le coup, je passe mon tour pour cette lecture! :-)

sophie 31/05/2014 18:50

ou si tu as l'occasion de te faire une opinion au détour d'un prêt ... ;)

argali 31/05/2014 18:38

Pas du tout débilitante pour moi. Une image trop charismatique. On le plaindrait presque (car il n'est pas agressif, mais perdu dans ce monde qu'il ne comprend pas). Et ce côté sympa m'a heurtée.
Oui j'ai souri souvent, il y a des situations cocasses si on omet le personnage pour se mettre dans la peau de quelqu'un qui revient d'une longue amnésie. Mais je partage ton avis, faire de lui un héros de roman, cela me gêne.

sophie 31/05/2014 18:49

je n'ai même pas réussi à voir le coté charismatique ...