De la rage dans mon cartable - Noémya Grohan

Publié le 30 Mars 2014

De la rage dans mon cartable - Noémya Grohan

"Quand une expérience de vie traumatisante se transforme en devoir de témoigner et de s'engager. Chaque année en France, un enfant sur dix est victime de harcèlement au collège (chiffres officiels site Agir contre le harcèlement à l’École). Durant ses années de collège, Noémya a subi tout ce qui fait le quotidien des élèves harcelés : les brimades régulières, l’isolement systématique, le poids de la honte, les reproches faits à soi-même de ne pas avoir su réagir aux attaques, l’indifférence du monde enseignant, la perte progressive de confiance, la tentation de tout casser et, combien de fois ! l’envie d’en finir avec cette vie de souffrance. Mais, à côté de la rage qu’elle avait dissimulée « au fond de son cartable », Noémya cachait d'autres ressources qu’aucun harceleur n’était en mesure de détruire : son envie d'agir et son talent littéraire."

En cette nuit d'insomnie, je me suis attaquée à ce bouquin relativement court et vite lu.

Je ne l'ai pas aimé en tant que roman, la plume ne m'interpellant pas plus que cela (et j'avoue les longues pages plus "poétiques" en italique ce n'est pas mon truc). Par contre, je l'ai dévoré en tant que témoignage, le ventre noué par tant d'injustice et d'aveuglement.

J'avais envie d'hurler de rage: de la rage face à cette cruelle jeunesse, de la rage face à ces enseignants qui voyaient sans vraiment intervenir, de la rage face aux parents qui n'ont rien vu, de la rage face à cette jeune fille qui se tait , de la rage face .... mais en fin de compte qui peut dire qu'il aurait mieux réagit? Parce que ce que ce roman montre aussi, c'est qu'une situation de souffrance peut rendre totalement vulnérable et soumis à un système dans lequel on s'enferme finissant par se persuader qu'à part subir cette réalité qui est propre à un individu qui la vit, il n'y a rien de plus à faire. Un peu comme ci la place de chacun était figée, qu'il en est ainsi et que nul ne pourra rien changer. Et c'est justement pour aller à l'encontre de ce sentiment que l'auteure a du prendre la plume et son courage pour livrer ce témoignage bouleversant qui je l'espère m'incitera à ouvrir les yeux en tant que mère et en tant que professionnelle pour ne pas moi aussi, m'ancrer dans un système aussi malsain en y jouant un rôle contre mon grès simplement parce que je ne serais pas capable "de voir".

Ce bouquin, je le vois aussi comme une excellent point de départ à la réflexion avec des ados, un outils de sensibilisation qu'il serait judicieux d'exploiter, mais aussi comme un outil invitant les victimes à "oser parler".

Rédigé par sophie

Publié dans #ado - young adult

Repost 0
Commenter cet article