Le garçon d'à côté - Katrina Kittle

Publié le 28 Février 2014

Le garçon d'à côté - Katrina Kittle

"Dans la banlieue tranquille du Middle West où Sarah vit avec ses enfants, Nate et Danny, la nouvelle fait l’effet d’une bombe : leurs voisins, et amis, les Kendricks sont accusés de pédophilie. L’horreur était sous ses yeux, et pourtant Sarah n’a rien vu, rien senti... Malgré l’équilibre fragile qu’elle tente de maintenir au sein de sa famille depuis la mort de son mari, elle décide d’accueillir Jordan, le fils des Kendricks, victime d’abus. Sarah, Nate et Danny – l’adulte, l’adolescent et l’enfant – vont devoir changer de regard, réinventer leurs rôles respectifs et leurs certitudes pour redonner à Jordan goût à la vie et l’aider à grandir."

Ce roman est la preuve d'une chose: oui il est possible d'avoir un coup de coeur pour un roman au sujet très dur.

Lorsque j'ai commencé ce bouquin, je savais de quoi il retournait, mais allez savoir pourquoi je me suis sentie un peu mal , comme un besoin de digérer ce que j'avais sous les yeux.

Passé ce cap, la lecture fut un moment dense, émouvant, retournant.

La pédophilie et l'inceste, sujet lourd, très lourd. Et pourtant, la plume remarquable de l'auteure le fait passer en gardant perpétuellement une note d'espoir en l'espèce humaine. Hymne à la résilience, ce bouquin nous livre sans détour mais sans voyeurisme, la façon de réagir et de rebondir des victimes (directes ou non), le réseau d'aide qui gravite autour d'elles, en osant tout dévoiler des sentiments et des doutes de chacun.

Aborder ce sujet sans verser dans le sensationnel,sans chercher à apitoyer le lecteur par du voyeurisme et du sentimentalisme gratuit. Doser de façon juste les descriptions et alterner subtilement phases narratives et dialogues. Le roman forme vraiment un ensemble équilibré de 568 pages que le lecteur ne voit pas défiler.

Ecrire un tel roman sur un tel sujet était un défi périlleux mettant en jeu la crédibilité de la plume. Le défi est plus que réussi, le choc des premières pages, l'envie de suivre le déroulement, et l’apaisement qui s'en suit. Tout se tient, tout est crédible, l'ensemble vaut vraiment le détour.

Pour résumer ce bouquin, je me permets de citer C. Goldsza (journaliste) : "Sans jamais verser dans le sensationnalisme, Le Garçon d’à côté prend à bras-le-corps la face obscure de la nature humaine, mais parle aussi de résilience et d’amour. Un tour de force romanesque qui dérange et interpelle".

Rédigé par sophie

Publié dans #litté dite blanche

Repost 0
Commenter cet article

Noctenbule 09/03/2014 19:08

Un véritable coup de coeur apparemment :)

MrsB 01/03/2014 13:24

Pour moi aussi ce fut un coup de coeur!

sophie 01/03/2014 13:28

et dire que j ai failli le refermer de peur que ça parte dans le glauque