Au pays des kangourous - Gilles Paris

Publié le 4 Février 2014

Au pays des kangourous - Gilles Paris

Je me rappelle, quand j'étais jeune, j'ai eu pour enseignante une passionnée des belles choses et qui aurait fait n'importe quoi pour que ses élèves découvrent les dites belles choses. De toute façon, elle avait toujours de bons arguments pour arriver à nous convaincre , nous ados blasés, que siiiiiii ça valait la peine d'être découvert. Et aujourd'hui elle n'a pas changé .... et pour être sûre que je lise un de ses chouchous du moment, elle a fait arriver son bouquin dans ma boite aux lettres. Alors merci Paikanne pour ce cadeau (qui est arrivé un jour où j'avais besoin d'un remonte moral ... ne jamais sous estimer le pouvoir d'un livre dans ces moments là).

Bref, j'ai découvert "Au pays des Kangourous"

"Simon, neuf ans, vit avec son père Paul, écrivain, et sa mère Carole, une femme d'affaires qui passe sa vie en Australie. Le jour où Paul est hospitalisé pour dépression, Simon voit son quotidien bouleversé. Recueilli par Lola, sa grand-mère fantasque, il rencontre aussi l'évanescente Lily, enfant autiste aux yeux violets. A travers les songes qu'il s'invente, Simon va tâcher de mettre des mots sur la maladie de son père et de trouver des repères clans cet univers dont le sens lui résiste."

Je me suis prise une belle baffe .... Ce roman raisonnera encore en moi pour un certain temps. Quelques pages d'adaptations sont nécessaires: le héro est un enfant et donc en toute logique, c'est un enfant qui parle (entendez par là comme pour room on est désarçonnés mais ça ne dure pas).

Sujet pas facile: la dépression. Difficulté supplémentaire: vue avec les yeux d'un enfant. Le final nous donne un bouquin qui transpire la sensibilité, la finesse, l'espoir, mais aussi la tristesse. Le père dépressif, la mère absente, le fils qui espère et qui rêve, la grand-mère fantasque, ses amis "colorées", .... tous ont leur place, tous ont un sens, tous mènent ce récit à bout de bras dans un cocktail émotionnel qui ne laisse pas indemne.

Gilles Paris a une plume à fleur de peau, qui sait capter les sentiments sans plonger dans le mélodramatique. Il captive ses lecteurs en lui rappelant la part d'enfant qui sommeille en chacun et en l'amenant aussi à se poser en tant qu'adulte. Je veux dire par là qu'au delà du tout bon moment que j'ai passé avec ces pages entre les mains, j'ai refermé mon livre une fois fini, suis allée regardée mes sales mômes qui ont étés atroces hier trésors, et me suis dit que nous les adultes devons faire attention à la façon dont nous vivons les choses pour qu'eux ne les subissent pas ... (et accessoirement, ce roman est tombé à un moment où j'ai fait certains choix pour eux, pour moi, pour celui qui partage ma vie ...)

Rédigé par sophie

Publié dans #litté dite blanche

Repost 0
Commenter cet article

Cécile 04/02/2014 13:59

Garde partagée? :p
Il n'avait pas retenu mon attention jusqu'ici, mais te lire me donne envie ;)

sophie 04/02/2014 14:01

ça c'est de la réaction rapide .... allez garde partagée accordée ;)