Une dernière chose avant de partir - Jonathan Tropper

Publié le 26 Décembre 2013

Une dernière chose avant de partir - Jonathan Tropper

"Drew Silver n’a pas toujours fait les bons choix. Sa gloire éphémère de batteur dans un groupe de rock – qu’un seul et unique tube a propulsé brièvement aux sommets des charts – remonte à près de dix ans. Aujourd’hui, il vit au Versailles, une résidence qui accueille des divorcés un peu paumés, comme lui. Pour gagner sa vie, il a intégré un orchestre spécialisé dans les cérémonies de mariages. Son ex-femme, Denise, est sur le point de se remarier. Et Casey, sa fille qui s’apprête à intégrer Princeton, vient de lui confier qu’elle est enceinte – et ce uniquement parce que de ses deux parents, Silver est celui qu’elle répugne le moins à décevoir. Lorsqu’il apprend que sa vie ne tient plus qu’à un fil et que seule une opération peut le sauver, Silver prend une décision radicale : il refuse l’intervention. Le peu de temps qui lui reste à vivre, il veut le consacrer à renouer avec Casey, à devenir un homme meilleur. Pendant que, sous le regard de sa famille au comble de l’exaspération, Silver bataille ferme avec cette question existentielle, chacun se démène pour recoller les morceaux de cette famille désunie, au risque de l’abîmer davantage encore…"

Petit roman lu sous le coup de l'enthousiasme de différentes lectrices.

J'ai beaucoup apprécié cette lecture, et ce même si j'ai eu un peu de mal à entrer dedans. Passé les deux premiers chapitres (qui sont courts, ouf), on est dans le bon (et donc si comme moi ces deux petits chapitres n'ont aucune emprise sur vous, soyez courageux, n'abandonnez pas ça en vaut la peine).

L'histoire est dramatique, nous parlons tout de même d'un homme divorcé, peu brillant en tant que père qui apprend qu'il est condamné si il ne subit pas une opération en même temps qu'il apprend que sa fille de 18 ans est enceinte.

Au vu de cela, on pourrait être tenté de se dire que l'on pleure du début à la fin? Pas du tout .Traitant le sujet avec une forme de légèreté, ce roman alterne avec une certaine facilité les moments d'émotions intenses et les moments franchement risibles. Le tout est porté par un très bon rythme qui permet de ne pas se lasser, de suivre les personnages, et de se laisser prendre au jeu.

J'ai tenté de me faire le film du roman, d'imaginer les personnages, et j'en suis revenue à chaque fois aux même conclusions: une comédie dramatique dans laquelle un certain Hugh pourrait être le père en question. Un homme à la carrière vacillante en partie basée sur un tube passé, qui a "raté" sa vie de mari et de père, qui a un sens de la dérision quelque peu douteux, mais qui est tellement attachant (oh mais tenez plus j'y pense et plus j'arrive à rapprocher le héro de celui "d'about a boy" la maladie en moins pour ce dernier).

Vraiment, un très bon moment basé sur les bons sentiments et sur la recherche du temps perdu. Une réflexion sur le pardon, sur la famille, sur le sens de la vie. Une réflexion oui, mais toute en douceur et en sourires (oui oui en sourires). J'avoue m'être trouvée à des années lumières de ce à quoi je m'attendais, mais j'avoue aussi avoir passé un très bon moment avec Monsieur Tropper, nous n'en resterons pas là (en même temps heureusement, j'en ai deux autres dans ma pal ...).

Rédigé par sophie

Publié dans #litté dite blanche

Repost 0
Commenter cet article

Adalana 26/12/2013 11:43

Ça fait longtemps que je veux découvrir cet auteur, je ne sais pas encore par quel titre commencer mais celui-ci est sur la liste !

sophie 26/12/2013 11:45

je n'ai lu que celui-là et n'ai donc pas de point de comparaison ;) mais il est vraiment chouette comme auteur , je compte bien en lire d'autres!
c est frais .... très fais