Ephémère - Lauren DeStefano

Publié le 21 Décembre 2013

Ephémère - Lauren DeStefano

"L'humanité croyait son avenir assuré. La science avait créé des enfants parfaits, immunisés contre toutes les maladies. Mais qui pouvait imaginer le prix à payer ? Car désormais, personne ne survit au-delà de vingt-cinq ans. Le monde a changé. Pour les jeunes femmes, la liberté n'est plus qu'un souvenir. Au nom de la survie de l'espèce, elles sont kidnappées et contraintes à des mariages polygames. Rhine a seize ans. Quand elle se réveille dans une prison dorée, elle n'a qu'une idée en tête : fuir. Qu'importe l'amour que lui portent son mari et ses soeurs épouses. Quand on n'a que quelques années à vivre, la liberté n'a pas de prix."

"Ephémère" est le premier volet de la trilogie "Le dernier jardin".

L'intrigue se déroule dans un Manhattan futuriste où , à force de vouloir conquérir l'éternité, l'homme a juste réussi à courir à sa propre perte. Souffrant de quelques longueurs, le roman n'en reste pas moins prenant tant l'intrigue est bien ficelée. Pourtant, j'ai dans un premier temps trouvé les personnages assez "clichés" entre un méchant bien méchant, une jeunette naïve à souhait, un (voire deux) amoureux transis / déchiré, des alliés, des obstacles, et une héroïne plus déterminée que jamais. Qu'à cela ne tienne je me suis attachée et ai été happée par la quête de liberté de Rhine (même si j'avoue, j'ai sauté quelques lignes).

Ce roman a également, pour un ouvrage ado / jeune adulte, le mérite "d'oser déranger" par des thématiques telles que : des humains voués à une mort précoce, la (très grande) jeunesse d'une héroïne, l'expérimentation scientifique humaine, ...

En résumé, je dirais que bien entendu certains points m'ont dérangées et auraient pu me faire fuir, mais que le roman étant quand même sacrément prenant, j'en ai oublié les défauts et n'ai qu'une hâte: connaître la suite et savoir ce que deviendra tout ce petit monde (antidote ou pas antidote ??).

Un tout bon moment qui peut lui aussi amener ses petites réflexions.

Rédigé par sophie

Publié dans #ado - young adult

Repost 0
Commenter cet article

Lou de Libellus 22/12/2013 11:28

Le suicide deviendrait subversif ?