Toutes les femmes s'appellent Marie - Régine Deforges

Publié le 17 Octobre 2013

Toutes les femmes s'appellent Marie - Régine Deforges

"Marie est jeune, belle et veuve. Elle aime plus que tout son fils handicapé mental, Emmanuel, qui ne peut littéralement pas se détacher de cette mère tant aimée. À l'adolescence, le trop-plein d'amour d'Emmanuel transforme radicalement la relation entre la mère et le fils. Radicalement et dangereusement, selon la morale établie. Avec ce court roman, Régine Deforges signe une oeuvre littéraire puissante, dans la veine de Pour l'amour de Marie Salat ou L'Orage. Un texte entêtant qui pose la question dérangeante mais nécessaire de la sexualité des handicapés : comment appréhende-t-on les besoins physiques et affectifs des personnes dont la différence ne permet que rarement une sexualité dite "normale" ? Toutes les femmes s'appellent Marie est un roman d'engagement, dans la lignée des combats que Régine Deforges mène pour le droit des femmes et la liberté d'expression."

Roman très court, roman très "lourd" (mais pas dans le sens négatif du terme).Il fallait oser aborder ce thème. C'était risqué mais en même temps il faut bien en parler.

Ouvrir ce livre, c'est accepter d'être dérangé, bousculé, de s'interroger.

C'est accepter la différence que l'on relègue parfois dans l'indifférence pour ne pas aborder ce qui dérange, parce que si on n'en parle pas, ça n'existe pas, c'est bien connu.

Ce n'est certes pas le plus bel écrit de Régine Deforges, même si sa plume est reconnaissable, mais quelle claque ... quelle claque parce que on ne sort pas indemne de la lecture qui est pourtant très très courte mais qui suscite l'interrogation et interpelle. Après tout il est vrai, il est très rare que la sexualité des personnes handicapées soit abordée de façon aussi claire voire aussi crue.

Bref, un petit bouquin ouvrant à de grandes réflexions sur la différence et les droits de chacun, (et ce même si pour moi certains traits sont exagérés) qui relance au passage la question des intervenants sexuels.

Rédigé par sophie

Repost 0
Commenter cet article