Tout ce silence - Véronique Gallo

Publié le 20 Octobre 2013

Tout ce silence - Véronique Gallo

"Elle me fait promettre que je ne la forcerai pas à quitter sa maison. Je la rassure et, pour la première fois, je lui mens. Je l'embrasse tendrement et referme doucement la porte. Ça y est : le cancer s'apprête à nous emmener sur sa route et je n'ai pas d'autre choix que de l'y accompagner". C'est l'histoire d'une femme. Elle a soixante-dix-neuf ans. Elle est italienne. Immigrée. Témoin de Jehovah. On lui annonce un cancer des os. Durant une année, sa petite-fille va l'accompagner dans la maladie. Par des ponts lancés entre passé et présent, elle va tenter de comprendre le destin tragique de cette grand-mère discrète et courageuse qui payera de sa vie le poids de bien trop de non-dits.

Je ne me permettrai pas de faire un jugement sur le style d'écriture car on ne juge pas un coeur qui se livre.

Ce bouquin est le récit d'une tranche de vie d'une jeune femme qui accompagne sa grand-mère en fin de vie, témoignage ponctué de retours dans le passés permettant de mieux comprendre cette grand-mère telle qu'elle est dans le présent.

Encore un "témoignage d'un accompagnement de fin de vie". Oui, mais pas que. Parce que ce que l'auteure a réussit à faire par dessus tout, c'est de rendre un hommage vibrant à une grand-mère comme les autres de cette génération, de la génération venue d'Italie pour travailler dans nos mines ou industries métallurgiques. Elle réveille des non-dits de son histoire, mais par là-même une partie de l'histoire de nos régions.

Ce petit roman justement dosé, (plus aurait été de trop et serait tombé dans le mélo dans la mesure où il aurait été nécessaire de faire du remplissage en s'éloignant du sujet initial) est une véritable déclaration d'amour d'une petite fille à sa grand-mère, un hommage vibrant à l'histoire familiale aussi dramatique soit-elle, une piqûre de rappel de l'histoire de nos régions, et chacun en retirera ce qu'il voudra en retirer.

Encore un très bon moment lecture teinté d'émotions fortes sans pour autant verser dans le voyeurisme et le mélodramatique que l'on peut souvent reprocher à des ouvrages du genre.

Repost 0
Commenter cet article