L'invisible - Robert Pobi

Publié le 27 Octobre 2013

L'invisible - Robert Pobi

"Jake Cole, profiler hors-catégorie au FBI, revient dans la maison où il a grandi. Son père, artiste de génie à moitié fou, est mourant. Quand le shérif du coin lui demande de l'aider à résoudre un double meurtre, tout son passé ressurgit. Jake est convaincu que son père connaît l'identité de ce dépeceur fou. Et si la clé résidait dans ces milliers de tableaux peints par son père, qui semblent constituer un étrange puzzle ?"

Décidément, une fois de plus, les éditions Sonatine nous livrent un très bon thriller. Premier roman de Robert Pobi, "L'invisble" est monstrueusement effrayant. J'ai faillit le refermer, pétrifiée par l'angoisse et le dégoût. Cependant, la qualité du thriller m'a emportée et je l'ai refermé ... une fois la fin digérée. Un auteur aussi "dérangé" (prenez-le au sens positif) que Chattam, une fin dans la veine de "Shutter Island" (version film, je n'en dirai pas plus pour ne pas spoiler, donc ceux qui ne sont pas d'accord ... on en débat par mail ;) ), un décor qui aurait pu être planté par les maîtres de l'horreur, tout y est (bon en même temps, lu par une nuit de tempête ... ça n'aide pas à se sentir "détendue").

Certains lecteurs ont vu la fin venir, pas moi (pensez bien j'étais trop angoissée en bonne petite poltronne dans ma couette), emportée par l'ambiance que dégage le bouquin je n'ai pas pris la peine de réfléchir je me suis contentée d'engloutir les pages.

Vraiment une très bonne lecture. Bonne mais angoissante et dérangeante (je pense même qu'il a quelque peu détronné "Shadowman" dans mon classement de "bouquin dérangeant effrayant dégoulinant d hémoglobine ... c'est dire). Cependant, ce coté sombre reste justement dosé pour ne pas tomber dans le gratuitement glauque (que l'on reproche parfois à Giebel) et assurer ainsi la qualité du suspens.

J'ai hâte de savoir ce que l'auteur nous réservera par la suite, mais une chose est sûre: là, tout de suite, j'ai besoin de quelque chose de plus soft ...

Rédigé par sophie

Repost 0
Commenter cet article

Cécile 28/10/2013 09:42

C'est la référence à Shutter Island qui m'avait fait sentir la fin et capter tous les indices ;)